X

Liban

Un géant de la chirurgie robotique à distance s’implante au Liban

Médecine
M.A.F. | OLJ
03/01/2019

Spécialisé dans la téléchirurgie à distance et la lutte contre les cancers de l’appareil digestif, reconnu comme le leader mondial dans le domaine de la robotique chirurgicale, l’Ircad (Institut de recherche contre le cancer de l’appareil digestif) dont le siège est à Strasbourg, en France, a choisi le Liban comme siège du Moyen-Orient pour ouvrir son nouveau centre régional qui sera situé à l’Hôpital français universitaire du Levant, à Beyrouth.

Le Liban sera ainsi le cinquième centre mondial de formation robotique après la France, Taïwan, São Paulo et Rio.

L’Ircad vise à favoriser l’intégration dans une même salle d’opération de technologies informatisées permettant d’augmenter la sécurité, l’efficacité et la précision du geste chirurgical. Cette révolution technique favorise l’amélioration des performances du chirurgien, à commencer par la visibilité lors de l’opération jusqu’à la précision de la main lors du geste médical. Une robotique dans les spécialités de chirurgie digestive, gynécologique, urologique, thoracique permet au chirurgien de supprimer le tremblement des mains et d’avoir des gestes plus sûrs. Cette robotique sonne l’alarme quand il faut s’arrêter, se repositionner ou réadapter la stratégie de l’opération.

Cette « intelligence artificielle » appliquée à la chirurgie sera donc fonctionnelle à Beyrouth et l’Ircad formera dans l’auditorium de l’Hôpital français universitaire du Levant les chirurgiens ainsi que l’équipe médicale et paramédicale, à travers (comme première étape) une diffusion « en live » de tous les cours donnés à partir de l’Ircad de France, de Hong Kong et du Brésil.

Rappelons dans ce cadre qu’une conférence ayant pour thème « Pourquoi l’Ircad au Liban ? » avait été organisée récemment à Beyrouth par l’Hôpital français universitaire du Levant, en présence du ministre sortant de la Santé Ghassan Hasbani, de l’ambassadeur de France Bruno Foucher, du professeur Jacques Marescaux (fondateur de l’Ircad), du président du syndicat des hôpitaux privés Sleiman Haroun, du directeur de l’ESA Stéphane Attali et d’un grand nombre de professionnels de la santé.

À l’ouverture de cette conférence, rappelle-t-on, le PDG de l’Hôpital français universitaire du Levant (jumelé avec l’hôpital de Montpellier), le Dr Antoine Maalouf, avait exprimé sa joie de recevoir dans son établissement « un géant de la chirurgie mini-invasive et robotique », soulignant sa « fierté » ainsi que celle des chirurgiens libanais, après la décision de choisir le Liban comme point d’ancrage du cinquième centre mondial de formation robotique.


Élie Abboud, initiateur du projet

Le Dr Élie Abboud, ancien député de Montpellier et initiateur du projet, avait relevé, quant à lui, que « le Liban a certainement perdu certains pôles d’excellence, mais pas celui de l’excellence médicale ». Le Dr Abboud avait également salué la coopération franco-libanaise sur ce plan, rendant hommage aux efforts de l’ambassadeur de France Bruno Foucher dans ce domaine. Il s’est dit heureux d’avoir réussi « au bout de plusieurs mois à initier des projets collaboratifs innovants, notamment dans la formation à la chirurgie robotique du futur et à implanter au Liban un centre de qualité tel que l’Ircad ».

De son côté, le professeur Sleiman Merhej, chef de service d’urologie à l’Hôtel-Dieu de France, avait évoqué au cours de cette conférence « le rôle essentiel du Liban dans la région du Moyen-Orient, comme pont entre l’Occident et l’Orient ». « Notre principal objectif est de faire du Liban un centre médical de référence, tant au niveau des soins médicaux, de l’enseignement, de la formation continue que de la recherche », avait souligné le professeur Merhej qui avait affirmé que « l’Ircad sera un centre dédié à tout le corps médical ; il est loin d’être en compétitivité avec les universités ou les hôpitaux libanais ».


Une fenêtre ouverte sur le M-O

Quant au professeur Jacques Marescaux, il avait mis l’accent sur « la volonté de l’Ircad de privilégier le Liban en s’y installant, en dépit des facilités financières proposées par certains pays arabes ». « Ce choix consolide l’expertise médicale et replace la capitale du pays du Cèdre au cœur du vrai tourisme médical », avait-il souligné. Dans sa présentation du projet et de sa technicité, le professeur Marescaux avait expliqué « les inévitables changements de la chirurgie, depuis le passage de l’ère industrielle à l’ère informatique ».

Pour sa part, le ministre sortant de la Santé Ghassan Hasbani avait félicité le Dr Antoine Maalouf pour cette initiative, en insistant sur « l’intérêt que porte le pays et le ministère de la Santé pour l’Ircad, pour cet exploit médical et cette nouvelle avancée ». « Pionniers de la téléchirurgie sur le marché régional des soins, vous contribuez au développement du tourisme médical au Liban et vous en faites un centre universitaire académique en chirurgie robotique dans cette région du Moyen-Orient », avait relevé le ministre Hasbani.

Enfin, l’ambassadeur de France avait exprimé son enthousiasme pour cette technique médicale d’avenir. « La France fait tout ce qu’elle peut pour redonner au Liban la place et l’influence régionales qu’il a perdues depuis une vingtaine d’années, a déclaré M. Foucher. Nous poussons ce pays à la renaissance dans les différents domaines de la santé, de la culture, de l’éducation… Aujourd’hui, nous assistons à l’émergence d’un pôle de compétence très futuriste. Cette compétence médicale continuera à se développer et à s’orienter vers des techniques d’avenir », a conclu l’ambassadeur de France.



Lire aussi

Le premier Institut Charles de Gaulle hors de France s’implante au cœur de Beyrouth

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

TOUT CE QUI EST BON SE FAIT EN DEHORS DU GOUVERNEMENT....BRAVO MESSIEURS ET MERCI.

L’azuréen

Très très bien

Antoine Sabbagha

Bravo pour cette super bonne nouvelle .

Wlek Sanferlou

Excellente nouvelle! Le vrai Liban continue à briller de temps en temps!

Sarkis Serge Tateossian

Très bonne nouvelle. Que de satisfaction.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants