X

La Dernière

Quatre Libanaises à l’honneur cette semaine

Quelqu’un m’a dit
23/10/2018

L’Étoile d’Anne-Marie

Une belle surprise pour Anne-Marie Afeiche : alors qu’il lui a été annoncé qu’elle sera faite chevalier de l’ordre de l’Étoile d’Italie, la conservatrice du Musée national s’est vu décerner la noble distinction du grade d’officier. En présence d’un public en majorité fou de patrimoine, l’ambassadeur d’Italie Massimo Marotti a remis cette distinction à Mme Afeiche en signe d’appréciation de sa contribution à la promotion et la sauvegarde du patrimoine, mettant l’accent sur son professionnalisme et son attachement sincère et fervent à sa mission. La cérémonie a eu lieu vendredi dernier à la résidence de l’ambassadeur et de Zina Marotti, en présence d’une cinquantaine d’invités, notamment la famille d’Anne-Marie, son époux Nabil Afeiche, ses enfants Élias et Myriam, accompagnée de son époux Patrick Zéhil et du petit-fils Bob ; ses sœurs Maryse Pico et Liliane Moutran, ainsi que les anciens ministres de la Culture Gaby Layoun et Rony Araïji, la directrice du musée de l’AUB Leila Badr, la directrice du musée des minéraux Mim, Suzy Hakimian, Lama Salam, membre de la Fondation nationale du patrimoine, ainsi qu’Isabelle Doumit Skaff, et la chef du chantier des fouilles du British Museum à Saïda, Claude Serhal, et un nombre de collègues, notamment Grace Homsi, Marie Lamaa et Nathalie Alam. Absent, pour raison de voyage, le directeur général de la Direction des antiquités Sarkis el-Khoury.

Visage radieux, la conservatrice du Musée national a pris à son tour la parole pour exprimer les liens indéfectibles tissés entre l’Italie et le Liban, principalement en ce qui concerne la collaboration harmonieuse et les précieuses contributions octroyées au musée pour la valorisation du patrimoine, portant notamment sur la restauration des fresques qui décorent les parois de la tombe de Tyr exposée au musée, ainsi que les travaux de muséographie du sous-sol consacré à l’art funéraire.


« Le Chariot » de Carla

Affluence presque sans précédent jeudi dernier à la Maison Rabih Kayrouz, où notre collègue Carla Henoud signait son ouvrage Le Chariot de Farah et exposait ses photographies, habillant les murs dans une mise en scène à quatre mains signée par les architectes Gaith Abi Ghanem et Jad Malki (alias Jad & Gaith). Dans la foule qui grouillait, de nombreux amis ont attendu longtemps et patiemment pour se faire dédicacer le livre et prendre un selfie avec la star du soir, rayonnante devant un bouquet très arty réalisé par Marwan Hamza et offert par Gilles Khoury et Makram Bitar. La belle énergie était palpable, et même Cléo, la chienne mascotte de la DJ Caline, ronronnait de plaisir tel un chat. À l’extérieur, dans la rue privatisée pour l’occasion, Tawlet a recréé l’ambiance de la corniche en installant des petites charrettes sur lesquelles étaient proposés de l’arak Keif de Jezzine, des barbes à papa, des lupins (termos), des cacahuètes et de l’orange pressée par Ali, celui-là même qui a inspiré à Carla son livre, dont 400 copies ont été vendues au cours de cette soirée fort réussie, organisée par Matisse Events.

Parmi les présents, Dave et Maya Corm, Roger Moukarzel, Lamia Bsat, Sara Trad, Ricardo Karam, Amal Jabre et sa fille Sarah Beydoun, Raya Dernaïka, Liliane Tyan, Zalfa Raphaël, Jean et Katia Traboulsi, Andrée Daouk et sa fille Alia Sabbagh, Walid Mouzannar, Fadi et Alya Moghabgab, la glamourissime Tilda Ghosn, Chebli Mallat, Annie Tabourian, Dima Demerdjian, Dolly Kassir, Nabil et Zoé Debs, et évidemment la famille de Carla, ses parents Antoine et Claude Henoud, sa sœur Dany Henoud, sa nièce Nour Khoury Jallad, l’équipe de L’Orient-Le Jour, sans oublier Robert Matta, venu spécialement de Paris pour assister au lancement du livre, qui a pu voir le jour grâce à sa fondation. L’exposition durera jusqu’au 10 novembre.


Sous les dorures du palais de Rohan

Arlette Mabardi, reine au palais de Rohan, à Bordeaux. Membre du conseil magistral et Bailli délégué de la Chaîne des Rôtisseurs du Liban, elle a intronisé 80 nouveaux membres de cette association internationale de gastronomes et remis, par la même occasion, la médaille d’honneur, grade d’officier, de la confrérie à l’ancien Premier ministre français et maire de la ville, Alain Juppé. Arborant sa nouvelle décoration, ce dernier lui a renvoyé généreusement l’ascenseur en lui décernant la médaille d’argent de la ville de Bordeaux. La cérémonie s’est déroulée en présence de 120 membres de la Chaîne venus des quatre coins du monde, et pour lesquels un programme culinaire, festif et gourmand a été organisé dans les temples de la gastronomie bordelaise et les châteaux de la région de Saint-Émilion, jusqu’aux confins du merveilleux bassin d’Arcachon, connu pour son ostréiculture. C’était le bonheur pour Arlette Mabardi et ses compagnons de voyage, Annie Dantziguian, Annie Pampanini, Yasmine Anid, Charles Farès, Élie Skaff, André Nahas et Jad Ayoub, ainsi que les trois filles d’Arlette, Nadine Ayoub, Nicole Béchir et Mirna Mabardi.


Mmm, tu sens bon !

C’est quoi ton parfum ? « R by Roula. » Après un franc succès chez Harvey Nichols à Istanbul, Roula Soubra Habbab a fait sensation lors du lancement de son parfum « R by Roula », autour d’un cocktail entre amis organisé par Maria et Marc el-Khoury de l’agence Think-Luxe, au restaurant La Centrale à Beyrouth. Bien que les embouteillages monstrueux (dont nous sommes victimes tous les jours) aient empêché nombre d’invités d’y arriver, il y avait foule autour de Roula et de son époux l’homme d’affaires Mehmet Habbab, chairman de la co-entreprise turque du groupe français Rubis Delta Petrol, dont le dépôt de stockage de 650 000 m³ est situé à Ceyhan, sur la côte sud-est de la Turquie. On notait la présence de Hoda Siniora, Marianne Hélou, Amna Choucair, Mimi Tamer, Nicole Sarraf, Mona Idriss, Alia Debs, Nanette Ziadé, Mona Zaatari, Roula Doueidi, Randa Armanazi, l’ex-Miss Liban Joëlle Behlock, Salwa Nsouli, Mona el-Solh, Salma Soubra, Claude Amatouri et Claude Tarazi, ainsi qu’Aline Murr, accompagnées de Houri Vanlian, Kaline Yaverian, Gisèle Abou Obeid, Viviane Eddé et Youmna el-Sayegh. Le raffinement des notes fleuries et orientales de « R by Roula » a séduit ces dames, pourtant toutes adeptes des grandes marques de parfum.


Allez, l’heure a sonné

Vous croyez que le baladi est réservé uniquement aux femmes ? Niet. Vêtu d’une longue jupe, l’acteur et designer Mohammad Khansa a endossé le rôle de danseuse orientale avant de se glisser dans la peau d’un derviche tourneur, emportant dans son tourbillon extatique les invités de Kamal Mouzawak et Rabih Kayrouz, dont c’était l’anniversaire. À Beit Douma, c’était de la joie et de l’entrain comme toujours. La tabla, le oud, le daff et la dabké ont offert les plus beaux moments de la journée, avant que le soir la DJ Jana Saleh ne prenne le relais jusqu’à 23 heures, heure où elle a rangé son équipement et son matériel. Le moment idéal pour Kamal d’aller se coucher ! Et d’aller dans la direction de Beyrouth pour Zoé et Nabil Debs, Marwan Hamza, Maya Tawil, Janane Mallat, Nada Debs, Sarah Chalabi Khalil, Sami et Salwa Salman, Saad Kyriakos, Fabrice Bejjani, Reda Maamari, Sarah et Mazen Hakim, et tant d’autres...

ditavonbliss@hotmail.com

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Du beau monde ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Relations libano-syriennes : des changements en douce sans polémique gouvernementale

Commentaire de Anthony SAMRANI

Arabes-Israël : une liaison dangereuse

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué