X

Dernières Infos

Les Eglises de Jérusalem appellent Netanyahu à bloquer un projet de loi sur leurs biens

AFP
19/10/2018

Les chefs des Eglises grecque orthodoxe, arménienne et catholique romaine en Terre Sainte ont exhorté vendredi le Premier ministre israélien à bloquer un projet de loi d'expropriation visant les biens de l'Eglise. "Nous sollicitons à nouveau votre intervention pour bloquer le projet de loi une bonne fois pour toutes", lit-on dans une lettre adressée à Benjamin Netanyahu et consultée par l'AFP.

En juin, les chefs des trois Eglises avaient pressé M. Netanyahu de bloquer ce projet de loi, quatre mois après une crise majeure ayant conduit à la fermeture du Saint-Sépulcre, l'église construite sur les lieux présumés de la crucifixion et du tombeau du Christ. La municipalité israélienne de Jérusalem avait commencé, en février, à collecter des impôts sur une partie des biens immobiliers de l'Église. Une mesure à laquelle les chefs des Églises ont réagi en fermant les portes du Saint-Sépulcre. Le gouvernement de Benjamin Netanyahu avait alors annoncé la suspension de la collecte des taxes ainsi que l'examen de la dite proposition de loi.

Les chefs des Eglises de Jérusalem ont indiqué, dans leur lettre que la discussion du projet de loi qualifié d'"humiliant" est prévu dimanche et dénoncé des promesses non tenues du gouvernement. Le Premier ministre israélien avait lui-même accordé, dans une missive envoyée en juillet, "des garanties sur le retrait du projet de loi", selon la même source. "Nous avons été surpris d'apprendre que ce projet de loi humiliant sera à l'ordre du jour du conseil des ministres dimanche", lit-on dans la lettre des chefs des Églises à M. Netanyahu.

La proposition de loi permettrait à l'État hébreu d'exproprier des terres vendues par l'Église orthodoxe à des investisseurs privés. Le texte, qui prévoit de compenser financièrement les investisseurs, vise à rassurer les habitants qui craignent de voir les investisseurs les expulser pour des programmes plus rentables. Défendant ce projet de loi, la député Koulanou (centre) Rachel Azaria, a affirmé que la proposition devait résoudre les problèmes "de milliers de résidents à Jérusalem exposés au risque de perdre leurs maisons en raison des demandes des promoteurs immobiliers".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué