X

Moyen Orient et Monde

Avec Riyad, les Occidentaux font profil bas sur les droits de l’homme

Diplomatie

Constatant l’ampleur des dégâts de la crise canado-saoudienne, les pays occidentaux ne veulent pas risquer à leur tour un conflit diplomatique avec le royaume wahhabite.

OLJ/AFP/Anuj CHOPRA
15/09/2018

La crise diplomatique entre Ottawa et Riyad a fait naître, selon des responsables occidentaux, de « nouvelles lignes rouges » sur les droits de l’homme en Arabie saoudite, leurs pays devant désormais se garder d’évoquer tout haut ce sujet sensible. Le royaume ultraconservateur a annoncé début août l’expulsion de l’ambassadeur du Canada, rappelé son propre ambassadeur et gelé tout nouvel échange commercial ou investissement avec ce pays, après la dénonciation dans un tweet par Ottawa de l’arrestation de militants des droits de l’homme. Le Canada a affirmé que son gouvernement ne céderait pas aux pressions saoudiennes, réitérant son soutien à la cause des droits de l’homme, mais il semble bien isolé. « Nous avons atteint de nouvelles lignes rouges », indique un responsable occidental sous le couvert de l’anonymat. « Nous essayons de comprendre : est-ce que nos ministères des Affaires étrangères peuvent encore émettre des tweets critiques ? » ajoute-t-il. Les puissances occidentales, dont les États-Unis, n’ont pas, du moins publiquement, soutenu le Canada dans la crise avec Riyad.


(Pour mémoire : En Arabie saoudite, sept personnes, dont un Libanais, exécutées en une seule journée)


« Silence assourdissant »

Le mois dernier, l’Union européenne (UE) avait décidé de publier un communiqué soutenant la position d’Ottawa avant de renoncer au projet, a indiqué un responsable occidental. Les ambassadeurs européens se sont contentés d’une « démarche », une note diplomatique, transmise lors d’une réunion privée avec le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, selon la même source. « Les pays occidentaux vont y réfléchir à deux fois avant de critiquer publiquement la politique intérieure saoudienne », estime Bessma Momani, professeure à l’Université de Waterloo, au Canada.

« Le cas canadien a montré que de nombreux accords commerciaux pouvaient être compromis si les critiques envers l’Arabie saoudite énervaient ses dirigeants », indique-t-elle. Madrid, allié de longue date de Riyad, a aussi frôlé la crise diplomatique la semaine dernière quand le ministère espagnol de la Défense a annoncé qu’il annulait une vente à l’Arabie de 400 bombes à guidage laser pour 9,2 millions d’euros. L’annonce intervenait après des bombardements de la coalition progouvernementale menée par l’Arabie saoudite ayant tué des dizaines d’enfants en août au Yémen. Mais l’Espagne a fait volte-face jeudi en annonçant qu’elle débloquerait la livraison d’armes, et ce pour éviter de mettre en danger un contrat nettement plus important, la commande de cinq corvettes pour 1,8 milliard d’euros.

Cet exemple illustre la façon dont le royaume, dirigé de facto par le prince héritier Mohammad ben Salmane, a de plus en plus recours à l’arme économique pour étouffer toute critique. « Le prince a incontestablement étouffé les voix qui sont critiques envers la politique intérieure et (...) la politique étrangère, tout particulièrement au sujet du Yémen, depuis l’histoire avec le Canada », estime Bessma Momani. « Le silence des alliés du Canada est assourdissant », déplore-t-elle.


(Pour mémoire : Nouvelles arrestations de militantes des droits des femmes en Arabie saoudite)


« Mais à qui parler ? »

Plusieurs responsables occidentaux ont indiqué que les Saoudiens avaient demandé aux Canadiens de supprimer le tweet, dont la version arabe aurait particulièrement irrité les autorités. Un tweet qui pourrait être interprété localement, selon un responsable occidental, comme une tentative de « communiquer directement » avec le peuple saoudien, un grave délit pour le royaume. Non seulement le Canada a refusé de le retirer, selon plusieurs sources, mais depuis le 5 août, le compte Twitter de l’ambassade canadienne a vu le nombre de ses abonnés grimper de quelques centaines à plus de 12 000, et le fameux tweet en arabe a été retweeté des milliers de fois. Des responsables saoudiens insistent en privé sur le fait que, selon eux, la diplomatie à huis clos constitue une approche plus efficace que les dénonciations publiques. « Mais à qui parler des droits de l’homme au gouvernement (saoudien) ? Il n’existe pas de canaux clairs », s’interroge un responsable occidental. Le Centre pour la communication internationale du ministère saoudien de l’Information n’a pas répondu aux demandes de commentaires de l’AFP.

Pour Bessma Momani, les pays occidentaux doivent être clairs dans leur choix. « Si l’objectif est de préserver des contrats commerciaux, alors la critique publique n’est pas le (bon) moyen », dit-elle. « Si l’idée, c’est de soutenir (...) les acteurs de la société civile, alors les critiques publiques sont importantes pour montrer aux acteurs intérieurs et à la communauté internationale que la politique saoudienne est inacceptable », conclut-elle.


Lire aussi

Riyad déterminé à faire taire les militants des droits humains

Pour mémoire

"La campagne agressive de l'Arabie pour relooker son image ne trompe personne", lance Amnesty

Arabie Saoudite : malgré les réformes, les droits des femmes toujours bafoués, selon des ONG

La répression mine les réformes sociétales de MBS

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

quelle honte, les occidentaux se baissent devant ce pays
pays qui payent les terroristes qui ont tués dans nos pays
l'atteinte des droits de l'homme , c'est juste pour les pays qui sont pas pro-occidentaux ou pro-américains

gaby sioufi

pas grave du tout, surtout que ca n'est pas un scoop du tout.
les pays du G7, 8 20 ou un peu plus ont toujours applique ce principe vis a vis tous les autres pays dits VACHES A TRAIRE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de changement dans l’approche libanaise du tracé des frontières avec Israël, selon Aïn el-Tiné

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants