Liban

Une opération secrète réussie permet de remettre huit Libanais de l’EI à l’armée

Décryptage
03/08/2018

La guerre en Syrie est en train de révéler ses secrets. Ce qui montre bien, quelque part, qu’elle tire à sa fin. Il y a près d’un mois, dans le cadre d’une opération sécuritaire importante, les militaires américains ont remis au service de renseignements de l’armée libanaise huit Libanais ayant rejoint les rangs du groupe État islamique et qui avaient été capturés dans le nord de la Syrie, avant d’être remis aux forces kurdes. L’histoire de ces Libanais raconte à elle seule une partie de la guerre en Syrie, tout en montrant qu’elle entre aujourd’hui dans une nouvelle phase, sans doute finale. Mais, au Liban, au lieu de s’intéresser à la portée de cette opération, une polémique a été soulevée par le quotidien al-Akhbar sur les compétences dans cette opération qui s’est déroulée dans le plus secret. Seuls les SR de l’armée, le procureur militaire Peter Germanos ainsi que le chef de l’État en avaient été informés et en connaissaient tous les détails.

Interrogée sur une éventuelle lacune procédurale, une source militaire a précisé que ce genre d’opérations se déroule toujours dans le plus grand secret. C’est d’ailleurs une des conditions de leur réussite. Mais prétendre que les huit combattants de Daech sont arrivés au Liban selon une procédure illégale et sans obtenir l’aval de la Sûreté générale est un non-sens. « Que vouliez-vous, qu’on leur donne un visa de touristes ? » a lancé la source militaire précitée.

Dans les faits, les militaires américains présents dans le nord de la Syrie sont en train de préparer le terrain à leur retrait prochain de ce pays. Ils ne veulent donc pas laisser derrière eux des traces qui pourraient se retourner contre leurs alliés. Ils ont ainsi décidé de vider les prisons installées dans les régions sous leur contrôle ou sous celui de leurs alliés. Dans ces prisons se trouvent des combattants de différentes nationalités, certains enrôlés sous la bannière de l’EI, d’autres sous la bannière d’autres groupes et organisations, et d’autres encore appartenant aux forces du régime. Ces derniers peuvent faire l’objet d’un échange ultérieur, d’autant que la plupart d’entre eux ont été placés sous l’autorité des Forces démocratiques syriennes (FDS, essentiellement kurdes), alliées des États-Unis, qui ont désormais ouvert un dialogue avec le régime syrien. Quant aux autres, les militaires américains ont décidé de les remettre aux autorités de leurs pays d’origine, notamment ceux qui sont membres de la Coalition internationale pour la lutte contre le terrorisme, formée par les États-Unis et comprenant les états-majors de nombreux pays occidentaux, régionaux et arabes. Le Liban participe, par le biais du commandant en chef de l’armée, aux réunions de cette coalition. Pour cette raison, il était donc normal que les militaires américains décident de lui remettre les détenus terroristes dans les prisons installées dans le nord de la Syrie, en particulier aux services de renseignements de l’armée, partenaires officiels de la coalition internationale.

La source militaire précitée confie que l’armée et en particulier les services de renseignements étaient au courant depuis quelque temps déjà de l’existence de ces détenus libanais de Daech aux mains des militaires américains. L’un d’eux avait même été exfiltré il y a six mois et maintenu dans le plus grand secret dans une des prisons des SR de l’armée pour être utilisé comme une source d’informations sur ses compagnons encore en liberté. La même source précise que ce détenu a rempli les fonctions qu’on attendait de lui et il a permis de déjouer plusieurs tentatives d’attentats, ainsi que le démantèlement de nombreuses cellules dormantes. Révéler son existence à la presse aurait toutefois pu compromettre la portée des informations qu’il possédait.

Avec l’approche de la fin de la présence militaire américaine en Syrie, le rapatriement des détenus dans les geôles secrètes tenues par les forces kurdes alliées des Américains est donc devenu urgent. C’est dans ce cadre que la dernière opération a eu lieu, permettant la remise aux autorités libanaises de huit Libanais ayant combattu dans les rangs de Daech. La source militaire précitée affirme aussi que ces Libanais étaient des responsables importants au sein de l’EI. Ils avaient quitté le Liban via l’Aéroport international Rafic Hariri, pour se rendre en Turquie, et, à partir de là, rejoindre les rangs de Daech dans le nord de la Syrie. Plusieurs dizaines de Libanais auraient effectué le même parcours, dans la plus grande discrétion. Aujourd’hui, cette étape de la guerre syrienne étant terminée, l’heure est venue de rapatrier ceux qui sont dans les prisons contrôlées par les Américains.

Le processus a été réalisé entre l’armée américaine et l’armée libanaise, et la remise des détenus a eu lieu à l’aéroport selon un scénario mis au point par les deux parties, avec l’aval du procureur général militaire. La source militaire précitée estime donc qu’il est tout à fait normal de ne pas en informer les autres services de l’État ou d’autres autorités, car les opérations de ce genre sont exécutées dans le plus grand secret, d’autant que les terroristes pourraient avoir des contacts qui seraient prêts à effectuer des attaques kamikazes pour qu’ils ne soient pas emprisonnés. De plus, c’est l’armée libanaise qui est – il faut le rappeler – le partenaire officiel de la Coalition internationale chargée de la lutte contre le terrorisme. C’est donc tout naturellement à elle que les prisonniers membres de Daech ont été remis. Certes, la lutte contre le terrorisme est une action collective au Liban, et aussi bien les FSI (avec leur SR propre) et la Sûreté générale que le service de la Sûreté de l’État y participent, mais tout ce qui touche à la coopération avec la coalition internationale relève du ressort de l’armée. Au lieu de chercher des lacunes là où il n’y en a pas, il faudrait attendre les résultats des procès judiciaires devant le tribunal militaire, compétent selon la loi libanaise pour juger les affaires de terrorisme, pour connaître les détails de cette opération réalisée avec un grand professionnalisme, selon la source militaire précitée.


Lire aussi

Huit Libanais de l'EI ayant combattu en Syrie et en Irak remis à l'armée libanaise par des "pays amis"

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

stambouli robert

MERCI BEAUCOUP Mm Haddad pour ne pas avoir mentione que l'armee aurait du avoir l'aval de X OU Y avant de faire cette operation.
c'est un premier pas dans vos editoriaux qui manquent quelque fois d'objectivite mais qui sont interressant a lire toujours
BRAVO L'ARMEE ET LES AMERICAINS POUR AVOIR FAIT EVITER DES ATTENTATS NOMBREUX AUX LIBAN. C'est peut etre par cette phrase que l'article aurait peut etre du se terminer

Irene Said

Dans ce pays personne parmi nos super-responsables politiques ne fait quoi que ce soit de valable dans n'importe quel domaine, mais ces mêmes personnes seront toujours prêtes à critiquer les autres, même les actions efficaces des FSI, de l'Armée libanaise etc. !

Nous ne sommes plus une Nation respectable, mais une jungle nauséabonde...
Irène Saïd



Pierre Hadjigeorgiou

Un article de Mme Haddad qui critique ses protégés! Serait-on devenue légaliste? A la bonne heure, il n'est jamais trop tard pour bien faire!

Mais mis a part cette bonne nouvelle, l’état a le droit d'agir comme bon lui semble et personne, mais personne, encore moins un parti terroriste et anti constitutionnel, n'a le droit de lui faire des remarques sur sa facon d'agir dans des affaires de telles envergure et ampleur.

Salim Dahdah

Bravo Madame pour le scoop...!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN FAIT CES OPERATIONS SE DEROULENT DANS LE PLUS GRAND SECRET POUR GARANTIR LEUR REUSSITE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué