X

Culture

Les manèges oniriques de la vie...

Exposition

À la galerie Jacques Ouaiss, Samir Tamari redessine la vie et développe une œuvre intense et troublante à la fois, comme un voyage dans le temps.

Danny MALLAT | OLJ
25/06/2018

Il est de ces bribes d’enfance dont on aimerait toujours se souvenir. Parcourir l’exposition de Samir Tamari, c’est ouvrir la boîte à musique qui laisse s’échapper les incontournables ritournelles ; c’est enfourcher les sièges métalliques des manèges qui tournent sans arrêt, emportant des milliers de gamins au regard émerveillé ; c’est refaire un tour à dos d’âne à travers les sentiers escarpés d’un village ; c’est retrouver l’enfant qui se cache en chaque adulte.
Quand il décrypte ses œuvres, Samir Tamari, malgré sa barbe fleurie, a l’œil qui pétille et le regard de l’enfant qu’il a été et qui ne l’a jamais abandonné. Pour cet artiste, la vie est un long voyage. Mais quel que soit le chemin parcouru, les difficultés que l’homme surmonte ou les petits bonheurs qu’il amasse, le départ et l’arrivée demeurent les mêmes
Ses œuvres sondent la vie avec des compositions tranchées aux couleurs éclatantes, et les scènes s’offrent à voir comme des contes merveilleux.
De ses délicates compostions surgit tout son passé, qui confère à ses œuvres un aspect qui vacille entre réalité et onirisme. Sa palette déploie des tons éclairés aux reflets changeants, des rouges flamboyants ou des ocres automnales, comme si le soleil se penchait sur la terre pour éclairer ce qui reste comme réminiscences de toute une existence. Ses personnages très expressifs portent en eux le germe de la vie et son œuvre est constamment traversée par un symbolisme où la mémoire opère en vecteur essentiel.
Une exposition qui a le mérite de rappeler qu’avant de devenir ce qu’il est, tout être humain a été un enfant.

Samir Tamari
À la galerie Jacques Ouaiss
Jusqu’au 28 juin 2018.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué