X

Culture

Lorsqu’une marionnette sème sa salade

Spectacle
11/06/2018

Seule sur scène, une marionnette s’interroge et interroge la vacuité de l’existence. Telle est Ma’sati (« Ma tragédie ») de Issam Bou Khaled qui s’est jouée hier et avant-hier au théâtre al-Madina. La marionnette, signée Walid Dakroub, est un clone du vieux Waldorf du Muppet Show. Assise à une table où elle déroule l’histoire de sa vie ainsi que l’histoire du monde, elle s’en va en moult divagations personnelles, mais aussi littéraires, artistiques et socio-politiques avec, à l’appui, des références internationales et locales. 

Ma’sati aurait pu être une performance intéressante, d’autant que le réalisateur a habitué son public à des pièces de théâtre nourries d’histoires particulièrement créatives. Sauf que ni l’émotion ni la profondeur du scénario (écrit pas Issam Bou Khaled et Saïd Serhan) n’étaient au rendez-vous. Le public est certes un inconditionnel du réalisateur, puisque dès le lever de rideau, il a adhéré au spectacle sans ciller, et que les rires fusaient à tout vent. Le hic réside non pas dans les idées, nombreuses mais mises en vrac, mais plutôt dans le fil de leur succession, qui n’existait pas et restait difficile à repérer. Le questionnement de cette marionnette sur sa triste vie d’éponge, manipulée, triturée, négligée, aurait pu être plus approfondi. Il n’a fait qu’être survolé à la légère. 

À plusieurs reprises, le marionnettiste émerge de son rideau noir et s’installe sur la table, devant un plat de différents végétaux, des tomates et des concombres. Un geste répété qui demeure flou jusqu’à la fin de la performance, au moment où la marionnette explique que la vie est une grosse salade. N’était-ce pas le cas de ce spectacle au goût panaché mais au dosage désordonné ? Une salade riche, mais peu huilée, en somme...


Pour mémoire

Issam Bou Khaled explore l’orbite du suicidaire

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué