X

Moyen Orient et Monde

Abbas quitte l’hôpital après huit jours de rumeurs

Proche-Orient
OLJ
29/05/2018

Le président palestinien Mahmoud Abbas a quitté hier l’hôpital de Ramallah en Cisjordanie occupée après huit jours d’une hospitalisation qui a ranimé les spéculations sur son avenir et sa succession.
Âgé de 83 ans, M. Abbas est sorti vers midi à pied de l’hôpital où il était soigné pour une pneumonie, selon la présidence. En apparente bonne santé pour quelqu’un sortant d’hospitalisation, il s’est auparavant adressé aux journalistes pour dire son intention de retourner travailler à son bureau dès mardi. « Grâce à Dieu, je quitte l’hôpital aujourd’hui en bonne santé, et je retourne au travail demain », a-t-il dit, flanqué de ses deux fils, de ses collaborateurs et du directeur de l’hôpital. « Je remercie les responsables politiques, les rois, les présidents, mes frères – arabes et non arabes – qui ont bien voulu prendre de mes nouvelles », a-t-il ajouté, soulignant ses propos de gestes appuyés.
Connu pour être un grand fumeur, M. Abbas avait été admis à l’hôpital le 20 mai avec une forte fièvre. Quelques jours plus tôt, il avait subi une opération mineure à une oreille. Ses symptômes avaient d’abord été présentés comme des complications liées à l’opération, avant que le directeur de l’hôpital n’indique que le président palestinien souffrait d’une « infection au poumon droit ».
La sortie de l’hôpital de M. Abbas avait été repoussée de jour en jour, alimentant les conjectures sur la gravité de son état. Des photos de M. Abbas se promenant dans les couloirs de l’hôpital et lisant un journal avaient été publiées avec l’évidente intention de faire cesser les rumeurs. La santé de M. Abbas est un motif d’alerte régulier. Interlocuteur principal de la communauté internationale dès lors qu’il s’agit des Palestiniens, M. Abbas n’a officiellement désigné aucun successeur. Aucun nom ne se détache pour prendre sa relève, et la mise à l’écart de M. Abbas ouvrirait une période incertaine et potentiellement dangereuse. M. Abbas doit présider aujourd’hui une réunion du Fateh, son parti. Il devrait en profiter pour passer à autre chose en remettant l’opposition aux politiques israélienne et américaine au cœur du débat, dit l’analyste politique Nour Odeh. Cependant, « nul doute que les évènements récents (concernant la santé de M. Abbas) auront un impact. Le président n’est plus un jeune homme », dit-elle. Diana Buttu, une ancienne collaboratrice devenue une critique vigoureuse de M. Abbas, estime que celui-ci devrait tenter de faire taire les bruits quant à sa succession. « Il va faire comme si rien ne s’était passé, comme si un homme de 83 ans n’avait pas souffert d’une grave pneumonie », a-t-elle dit. « Les autres savent que s’ils parlent de succession, ils seront débarqués », a-t-elle ajouté.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Merci pour cette info , mais dites nous ce qu'est devenu le prince héritier ben salman svp .

Avoir disparu des radars depuis le 21 avril ça nous interpelle quand même.
MERCI.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants