X

La Dernière

Gaumont et Sony Pictures distribueront le film de Nadine Labaki

Quelqu’un m’a dit
22/05/2018

Standing ovation pour Nadine
Elle s’est imposée au Festival de Cannes comme la femme la plus glamour du cinéma libanais. Au cours de son séjour, Nadine Labaki était, entre autres, habillée par Karoline Lang. Cependant, pour monter les marches le jour de la projection officielle du film, et le lendemain pour la remise du Prix du jury, elle est apparue dans des robes Élie Saab, parée de bijoux Chopard. 

Outre ses parents, Antoinette et Antoine Labaki, et sa sœur Caroline, et les parents de Khaled, Leila et Walid Mouzannar, et sa sœur Alia Mouzannar Mogabgab, un nombre d’amis libanais étaient présents à l’évènement. Notamment le ministre de l’Économie Raëd Khoury, Fady Assly du groupe Cedrus, le coproducteur du film Pierre Sarraf, Mario et Lucy Haddad, Mario Junior Haddad, Sylvio Tabet, Akram et Anne Marie Safa accompagnés de leur fille Seréna, Fouad et Candice Mikati, Samer et Ayla Rizk, Georges et Joëlle Sarraf, Salim et Randa Sarraf, Wissam Smayra, Farid et Ingrid Dahdah, Maya de Freige, Georges et Carole Choucair, pour ne citer que quelques-uns. Présente aussi la productrice Anne-Dominique Toussaint.

 Après la standing ovation de 15 minutes qui a accompagné la projection officielle du film, toute l’équipe de Capharnaüm a été invitée à trinquer chez un des tycoons du cinéma français, Nicolas Seydoux, patron de Gaumont, la société qui distribuera le film en France. De sa villa Terrefial, située sur les hauteurs de Cannes, les invités avaient à leurs pieds toute la Croisette. 

Et la semaine dernière, Le Commerce du Levant rapportait que Sony Pictures Classics a acheté les droits de distribution sur les continents américains nord et sud de Capharnaüm, pour 1,3 million de dollars.

Samedi, après la remise du Prix du jury et son discours émouvant et plein de messages, on découvrira que la réalisatrice de Capharnaüm maîtrise parfaitement l’art des youyous (zalghouta), et notre collègue Colette Khalaf ne s’est pas privée de l’imiter. On la comprend ! 

La soirée a été clôturée par des pâtes et des grillades au restaurant L’Agora avec les membres du jury: Cate Blanchett, Robert Guédiguian, le Russe Andreï Zviaguintsev et les actrices Kristen Stewart et Léa Seydoux…


Désopilant François !
L’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye et le chargé d’affaires de l’ambassade de l’Ordre de Malte à Beyrouth se plaisent à rappeler qu’ils avancent inéluctablement en âge. Célébrer ensemble leur anniversaire, au restaurant italien du 7e arrondissement parisien, Il Sorrentino, est devenu un rituel pour Ghassan Salamé et François Abisaab. Ce dernier ayant avec le nombre des années affiné son don d’imitation, il a ce soir-là caricaturé avec humour la faune politique libanaise, permettant ainsi à Emmanuel Bonne, ex-ambassadeur de France à Beyrouth, actuellement directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, de replonger dans l’ambiance de notre pays. Il n’est pas difficile d’imaginer, autour de la table, les éclats de rire de Mary Salamé et de ses filles Louma, et la star de télé Léa, ceux aussi de Gaby Abisaab, Randa Takieddine, Samir et Laura Lahoud, Lamita et le Dr Béchara Asmar, Irène et le Dr Ismat Ghanem, Nina et Mazen Hayek (porte-parole de la compagnie de télévision MBC et responsable des relations publiques, venus de Dubaï). Un court moment de franche détente, surtout pour Ghassan Salamé, qui opère en terrain miné et se démène pour sortir la Libye de son bourbier. Cette pause avec l’impétueux François ne pouvait être que bienvenue ! 

Quatre Françaises à Beyrouth
Colette, la boutique emblématique de la rue Saint-Honoré étant fermée à jamais depuis décembre dernier, les cofondatrices Colette Rousseau et sa fille Sarah Andelman ne rechignent pas à prendre des vacances : destination le Liban, tant vanté par leurs amis Rabih Kayrouz, Liza Asseily et Mira Mikati. À elles se sont jointes Victoire de Taillac, cofondatrice de la maison de beauté parisienne Officine Universelle Buly 1803 (produits vendus même chez le célèbre Bergdorf Goodmans à New York), ainsi que sa mère Marie-Cécile de Taillac, qui a connu autrefois la région puisqu’elle est née et a passé même son enfance en Syrie. Au Moyen-Orient, ses pas ont souvent croisé ceux de Marga d’Andurain, l’extravagante aventurière, à laquelle elle a consacré un roman, Marga, comtesse de Palmyre. L’auteure a aussi vécu quelque temps au Liban, où son mari Alain de Taillac, ancien représentant de la Compagnie française du pétrole dans les pays du Golfe, a été président des Français de l’étranger dans les années 1970 puis conseiller du commerce extérieur. 

Les quatre touristes se sont plongées dans le rythme de cette ville trépidante, explorant ses ressources artisanales et toutes sortes de talents dont foisonne la capitale. De quoi régaler l’œil aiguisé et l’instinct infaillible de Sarah Andelman. Halte de rigueur au Sporting pour faire le plein de soleil après la grisaille de Paris. Visite également chez Rania Naufal au Papercup-café-librairie et à Souk el-Tayeb, avant d’aller découvrir Byblos, Jeïta et Batroun. Leur séjour a été clôturé par un dîner offert par Liza Asseily au restaurant Liza (évidemment), qui a réuni autour de ces prestigieuses voyageuses une pléthore d’artistes et d’amis, notamment Carla Nasr, Hoda Baroudi, Rasha Nawam, Wassef et Tania Ezzeddine, Jana Saleh, Rosy Abourousse, Lamia Joreige, Sarah Beydoun, Médéa Azouri, Mohammad Maktabi, Franck Luca, Rachad et Raya Dernaïka, Mira Mikati, Nad et Maya Kettaneh, Fred et Maha Debbané, Karim Selman, Micky Rabbath, Asa Mahamassani et Chérine Saadé, qui a sublimé les lieux avec une décoration florale… absolument pétillante ! Présent également, Karim Chaaya qui la veille avait embarqué ces dames dans sa Chevrolet pour sillonner la ville….. 

Lèvres pulpeuses pour JMM
Un autre anniversaire, celui de Jean-Marie Mégarbané. Pour lui, Dany, son épouse, a organisé une grande fiesta dans leur appartement de Baabda : des ballons à l’effigie de JMM, des finger food, des discours, un gâteau enrobé d’une pâte d’amande blanche parée de grosses lèvres rouges ; et un DJ qui a enflammé le dance floor, si bien que même l’ancien ministre Raymond Audi a fait quelques pas de danse. Parmi les invités, Jean-Pierre et Névine Mégarbané, Pierre et Marlène Chidiac, Danièle et Farid Chéhab, qui a reçu un flot de compliments sur la campagne publicitaire qu’il a réalisée pour le candidat élu Fouad Makhzoumi. Georges Antaki étant occupé par un chantier à Alep, Myriam était venue en solo ; hyperélégante Joumana Debbané était au bras de Rafi. Présents également, Salim et Danielle Saad, Maria Sehnaoui, Robert Mikaëlian, Colette Homsi Merchak, Gaby et Diana Antaki, Ghassan Sultani (très inquiet de l’avenir de l’hippodrome de Beyrouth qui fait face à sa maison), ainsi que Fadi Baladi, Alain Khoury, Mona et Eddy Doumet, dont l’anniversaire tombait à la même date et qui a bien profité de la fête. Il a même eu droit à un gâteau. Maya et Razek Maamarbachi se sont éclipsés au milieu de la soirée ! Les oreilles supra trop sensibles, Maya n’a pas pu s’adapter à la puissance des décibels émis par le DJ. Eh oui, gare aux lésions auditives… 


Aller aux cristaux
Une découverte « exceptionnelle » a été faite dans le Mont-Blanc : celle d’un four, d’où on a extrait une pièce exceptionnelle de cristal de quartz, récemment acquise par le musée MIM. Elle a été dévoilée vendredi dernier à l’occasion de la Journée internationale des musées. Les quatre Chamoniards qui ont défié les sommets en quête de ce minéral étaient présents pour la projection du documentaire, La Montagne des cristalliers, ou cette autre manière de vivre la montagne. Un film passionnant qui raconte leur cueillette des cristaux sur les sommets, souvent à plus de 3 000 m, dans les entrailles des rochers brisés et dangereux. Dans l’assemblée, le directeur de la DGA Sarkis el-Khoury, Leila Badr, Maya Haïdar Boustani et Sonia Harb, respectivement conservatrices des musées de l’AUB, de la Préhistoire, et de la Banque du Liban, le père Michel Scheuer vice-recteur de l’USJ, le directeur de l’IFPO Michel Mouton, le général Naïm Ziadé (président du Comité national libanais du bouclier bleu), l’archéologue Claude Serhal, le président des Amis du musée de l’AUB Nabil Nahas (et Michèle), Hélène Badaro, Michel Hélou, Claude Issa, Rima Schéhadé, Maria Chakhtoura, Zeina Fallaha, Alice Moghabghab Karam, des membres du Spéléo Club du Liban et tant d’autres. Le film a été suivi d’un débat puis d’un cocktail, avant que Salim Eddé, Suzy Hakimian (conservatrice du MIM, actuellement à la tête du Comité national libanais du Conseil international des musées (ICOM) et Carole Atallah n’embarquent leurs hôtes français dans une nouvelle aventure… culinaire. Chez Em Charif. 

P.-S. : le film « Les 150 ans du musée archéologique de l’Université américaine de Beyrouth », de Philippe Aractingi, sera projeté en grande première, demain mercredi 23 mai à 18h, au musée de l’AUB. À l’affiche également, une exposition sur le même thème. Jusqu’au 24 juin. 

ditavonbliss@hotmail.com

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE ET LE COMPORTEMENT SCHIZOPHRENE DU HEZB. MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE LA A COMPRENDRE LA JALOUSIE ET LE COMPORTEMENT SHIZOPHRENIQUE DU HEZB !

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants