Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Geagea répond à Nasrallah : La résistance menace l'existence du Liban

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a affirmé mardi que si le Liban ne devait compter que sur la résistance cela menacerait l'existence même du pays, répondant ainsi au secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

"Hier, nous avons entendu un discours selon lequel la seule force sur laquelle nous pouvons nous appuyer est la résistance. Et je leur dis: si cela est vrai, à Dieu ne plaise, alors c'est la fin. Pas parce que nous ne voulons pas de la résistance, mais parce qu'il y aura plus d'Etat et ainsi, plus d'existence pour le Liban", a déclaré M. Geagea, recevant dans sa résidence de Maarab une délégation de moukhtars du Akkar.

Vendredi, Hassan Nasrallah avait affirmé  dans un discours axé sur le contentieux avec Israël au sujet des hydrocarbures et de la frontière que la résistance était "la seule force" qui pouvait être utilisée dans la "guerre du pétrole et du gaz".

Par ailleurs, le leader des FL a affirmé que le Liban ne pouvait exister sans la révolution du Cèdre, arguant que "l'autre camp n'a pas de liens avec la Nation et qu'il est lié à des dossiers régionaux qui ne nous concernent pas", en référence au Hezbollah, lié à l'Iran. La révolution du Cèdre fait référence au mouvement piloté par le 14-Mars, dont les FL sont l'un des pôles, après l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005, qui a notamment conduit au départ des troupes syriennes du Liban. "Nous, révolutionnaires du Cèdre, nous continuerons à agir pour que le Cèdre soit élevé au-dessus de tout autre considération", a-t-il ajouté.


Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a affirmé mardi que si le Liban ne devait compter que sur la résistance cela menacerait l'existence même du pays, répondant ainsi au secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. "Hier, nous avons entendu un discours selon lequel la seule force sur laquelle nous pouvons nous appuyer est la résistance. Et je leur dis: si cela est vrai, à...