Liban

Un proche du Hezbollah porte plainte contre Sabhane, la justice coopère

Liban-Arabie
OLJ
08/02/2018

Le premier juge d’instruction de Beyrouth Ghassan Oueidate a accepté hier d’ouvrir une enquête sur la base d’une plainte déposée le 31 janvier dernier par l’avocat du dénommé Nabih Awada (ancien prisonnier des geôles israéliennes et proche du Hezbollah) contre le ministre d’État saoudien pour les Affaires du Golfe Thamer Sabhane, pour avoir « suscité les dissensions confessionnelles, incité à la discorde entre Libanais et porté atteinte à l’autorité de l’État libanais », selon l’avocat du plaignant, Hassan Bazzi, cité par le site Lebanon Debate. Il est attendu que le juge Oueidate fixe dans les prochains jours la date de la première séance d’instruction.
Dans une déclaration en novembre dernier à la chaine al-Arabiya, au lendemain de la démission forcée du Premier ministre Saad Hariri, le ministre Sabhane avait déclaré que son pays « traitera le gouvernement libanais comme un gouvernement ayant déclaré la guerre (contre l’Arabie) en raison des milices du Hezbollah ».
Le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Khaled ben Ahmad al-Khalifa, a réagi dans un tweet à cette démarche judiciaire, estimant que « la justice libanaise devrait diriger ses accusations et accepter des plaintes contre ceux qui exercent le terrorisme et l’exportent à travers leur école à Beyrouth (en référence à l’Iran et au Hezbollah).
Et elle (la justice) devrait cesser de jeter son dévolu sur les États et leurs responsables ».
Au Liban, l’ancien ministre Achraf Rifi s’est prononcé dans ce sens dans un tweet : « À l’heure où l’Iran accapare la prise de décision officielle du Liban et où le Hezbollah déploie ses brigades d’armes, de discordes et de menaces à Aramoun, la justice est sollicitée pour viser le ministre Sabhane. » Sans épargner par ailleurs le Premier ministre Saad Hariri, qu’il désigne implicitement par « les tenants de la théorie de la stabilité (…) face au projet du Hezbollah », M. Rifi a mis en garde contre « une capitulation qui détruira le Liban et ses relations arabes ».
L’ancien député Farès Souhaid a lui aussi mis en garde, dans un tweet, contre « une détérioration des rapports bilatéraux » qui serait « dangereuse » pour le Liban.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU PIPEAU DE PREMIER ORDRE... ET LA JUSTICE Y VA TETE BASSE ? DU SERIEUX S.V.P. ! DU SERIEUX !

gaby sioufi

bientot, la justice Saoudienne voudra elle aussi intenter PLUSIEURS proces contre, HN lui-meme & plusieurs deputes et autres hezbollahis,
wiaam wahhab,et d'autres ?

ou cela servirait il ?
a remplir les pages de journeaux.
Toujours trouver du bon, toujours etre optimiste.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants