Dernières Infos

Yémen : les combats entre groupes armés rivaux se poursuivent à Aden

Reuters
29/01/2018

Les combats entre séparatistes sud-yéménites et troupes fidèles au gouvernement yéménite en exil ont repris lundi à Aden, ont dit des habitants, plongeant un peu plus dans la confusion un pays déchiré par la guerre contre les miliciens houthis qui contrôlent la capitale Sanaa et le Nord.

Ces affrontements, qui ont fait au moins 16 morts et 140 blessés depuis dimanche, opposent deux factions soutenues pour l'une par les Emirats arabes unis, le Conseil de transition sudiste (CTS) favorable à l'indépendance du Yémen du Sud, et pour l'autre par l'Arabie saoudite, les forces loyales au président yéménite Abd-Rabbou Mansour Hadi. Saoudiens et Emiratis sont pourtant intervenus militairement ensemble dans la guerre civile yéménite pour soutenir le président Hadi face aux Houthis appuyés par l'Iran.

Après une accalmie dimanche soir suite à l'ordre donné par le Premier ministre yéménite Ahmed ben Dagher à ses forces de retourner dans leurs casernes, les combats ont repris de plus belle lundi, ont dit des témoins. Ils se concentrent autour de bases gouvernementales dans le nord d'Aden, dans les quartiers de Khor Maksar et Dar Saad, que les forces séparatistes cherchent apparemment à conquérir, ont-ils ajouté.

Un responsable gouvernemental a prévenu la coalition sous commandement saoudien que si elle n'intervient pas pour ramener le calme, les troupes combattant les Houthis abandonneraient leurs positions pour rentrer à Aden. "Les commandants militaires qui mènent la bataille dans l'ouest du Yémen ont demandé aux Saoudiens et aux Emiratis de mettre rapidement fin aux combats à Aden. Dans le cas contraire ils quitteront le front et reviendront à Aden pour soutenir le président Hadi et le gouvernement", a-t-il dit.

Les affrontements, dont chaque camp se renvoie la responsabilité, ont éclaté à l'expiration d'un ultimatum lancé par le CTS au président Hadi pour qu'il limoge le gouvernement d'Ahmed ben Dagher, que les séparatistes accusent de corruption et de mauvaise gestion.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué