X

Culture

Quels 8 rendez-vous culturels à ne pas rater les 14 prochains jours ?

Sélection

Par Maya GHANDOUR HERT, Colette KHALAF, Gilles KHOURY, Danny MALLAT et Zéna ZALZAL 



OLJ
20/01/2018

Parce que, souvent, on a envie de sortir, mais pas forcément d’aller au restaurant, et parce que la nourriture intellectuelle est aussi importante que celle des bedons, voici huit rendez-vous testés, approuvés ou qui titillent notre curiosité. Ces deux semaines, le débat des idées bat son plein pendant que les trottoirs de Badaro s’animent et que l’on se presse pour visionner une sélection affinée de films européens. En écoutant pour la millionième fois l’inoxydable « Sugar Daddy » de Fleetwood Mac.


Exposition
100 portraits / Saleh Barakat Gallery

En accrochant, jusqu’au 3 mars, une sélection d’une centaine de pièces picturales et sculpturales sur le thème de la figure humaine, la Saleh Barakat Gallery (Clemenceau) offre une vue d’ensemble de l’évolution de ce genre au fil des décennies et des courants du XXe siècle jusqu’à nos jours. L’occasion de (re)découvrir des pionniers de la peinture libanaise, tels Habib Srour, César Gemayel, Youssef Hoayek ou Khalil Saliby, passés maîtres dans la représentation idéalisée du sujet bourgeois. Et, en comparant, de saisir la force de la réappropriation, sinon de la réinterprétation, du portrait par les artistes modernes et contemporains, tels Paul Guiragossian, Farid Aouad, Helen Khal, Marwan… Mais encore plus près de nous, Ayman et Oussama Baalbacki, Abdulrahman Katanani, Hady Sy et, la petite dernière (gagnante de la première saison de Génération Orient), Hala Ezzeddine…


Table ronde  
We Speak Dance / Station


Depuis le 1er janvier, les abonnés à Netflix peuvent visionner une nouvelle série assez troublante : We Speak Dance. Le show suit les pérégrinations de Vandana Hart, danseuse de formation, qui part apprendre divers styles de danses traditionnelles et urbaines avec des experts locaux à travers le monde, de l’Indonésie au Vietnam, en passant par la France, le Nigeria et… le Liban. Pour présenter cette émission et donner la parole à des danseurs libanais, Station accueille Alexandre Paulikevitch, Randa Makhoul, Naima Yazbek et Omar Dilati, qui rejoignent le réalisateur Jackson Allers autour d’une table ronde suivant une projection de 3 épisodes de la série susmentionnée. Mercredi 31 janvier, de 21h à 23h, à Station, Jisr el-Wati.

CD
Fleetwood Mac / Fleetwood Mac


Si Rumours est l’album qui coïncide avec l’apogée de Fleetwood Mac, le disque éponyme du groupe, datant de 1975, est incontestablement celui qui le démarquera en tant que fer de lance du soft rock californien. C’est sans doute pourquoi une édition de luxe de cet opus vient de sortir. Un réjouissant cadeau de début d’année, riche de 46 titres, des versions antérieures de tous les morceaux proposés à l’époque, dont les très beaux Warm Ways, Over My Head, Rhiannon ou Sugar Daddy, et une quantité de live au charme tout aussi intact, trente-trois ans plus tard.


Festival
Cinéma européen / Metropolis Empire Sofil


En collaboration avec les États membres de l’Union européenne, le cinéma Metropolis Empire Sofil propose à partir du 24 janvier et jusqu’au 4 février une plongée dans le 7e art européen. Un 24e rendez-vous toujours très attendu par le public libanais. Au programme 29 longs-métrages récents, dont The Square, Palme d’or à Cannes 2017. Mais aussi un ciné-concert, un hommage à Jeanne Moreau avec le film de Louis Malle Ascenceur pour l’échafaud, un hommage également à Jean Chamoun (Tayf al-Madina), et enfin douze courts-métrages, en compétition, provenant des différentes facultés d’audiovisuel du Liban. Les billets sont en vente à partir de ce samedi 20 janvier au cinéma Empire Metropolis.


Projection
Ghost Hunting / Raed Andoni


Le 23 janvier à 18h30, le centre Dar el-Nimer projettera Ghost Hunting de Raed Andoni – un film qui lui a valu le prix du meilleur documentaire à la Berlinale en février dernier. Dans ce second long-métrage, après Fix Me sorti en 2009, le réalisateur palestinien s’est joint à des hommes ayant séjourné, comme lui, au centre d’interrogation al-Moskobiya à Jérusalem. Ensemble, comme pour chasser les fantômes qui ne cessent de les hanter, ils reconstituent à partir de souvenirs parcellaires ce décor carcéral qui devient aussitôt celui d’une œuvre avant tout humaniste.


Événement
La Nuit des idées / IFL


La Nuit des idées 2018 de l’Institut français du Liban est une « fête populaire de la pensée qui permet de venir échanger sur un mode tour à tour sérieux, ludique ou sensible ». Une soirée pour rencontrer, discuter et prendre un verre au bar à vin installé sous les arcades de l’IFL. Autour d’une thématique commune à tous les Instituts français dans le monde comme en France, « L’imagination au pouvoir », formule emblématique des manifestations de mai 1968, trois tables rondes et un café littéraire sont organisés. L’occasion de réfléchir sur le pouvoir de l’imagination et de l’utopie et sur la pertinence, aujourd’hui, de ce rêve de « changer le monde ». Au programme également : des performances artistiques et un concert surprise en clôture. Jeudi 25 janvier, de 17h30 à minuit, à l’IFL, rue de Damas.



Art
Cub Gallery / Rue Badaro


Les trottoirs du quartier Badaro s’animent, et les rideaux de fer se lèvent tous les soirs sur de nouveaux espaces, lieux de rencontres d’une jeunesse en quête de divertissements. Nichée entre recettes et cocktails, une nouvelle devanture sort du lot et se fraye un chemin. Cub Gallery, un espace conçu pour les artistes émergents ou les jeunes diplômés en beaux-arts, offre une plateforme pour promouvoir l’art contemporain. Acquérir une toile à petit prix pour soutenir les artistes ou se faire plaisir est un projet initié par Jean Riachi, Nathalie Ackawi et Amar Zahr. Inaugurée le 14 décembre 2017, l’accrochage d’ouverture a mis en vedette 15 artistes diplômés de l’AUB, la LAU, l’UL, l’Alba et la NDU. Acheter une toile aujourd’hui, c’est peut-être acquérir une grande signature de demain.

Concert
Nahawand / Metro al-Madina


Le programme Metrophone, au Metro al-Madina, et qui rend hommage aux grandes voix libanaises, présente les 23 et 30 janvier la jeune interprète Chantal Bitar qui reprend un florilège des titres de Nahawand, appelée l’Édith Piaf du Liban. De son vrai nom Lara Keyrouz, Nahawand, décédée en 2014 à l’âge de 81 ans, avait reçu la médaille du Mérite en appréciation de sa contribution à l’essor de la chanson libanaise. En outre, l’un de ses morceaux a été classé premier lors d’un concours de la meilleure chanson folklorique, organisé par Radio France internationale (RFI), dans le cadre de la francophonie. Le producteur André Eléftériadès, ainsi que Naji Kozaily, avaient réalisé une nouvelle distribution musicale des vieilles chansons de la Nahawand.


À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants