Culture

Le top 10 des citations

OLJ
06/12/2017

Esprit fin, Jean d'Ormesson avait le sens de la formule et parsemait ses ouvrages de ces phrases inspirantes que l'on a envie de recopier dans le calepin des « citations pour positiver ». En voici quelques-unes, justement :
– « J'ai beaucoup ri. J'ai ri du monde et des autres et de moi. Rien n'est très important. Tout est tragique. Tout ce que nous aimons mourra. Et je mourrai moi aussi. La vie est belle. »
C'était bien, éd. Gallimard, 2003
– « Dans une éternité et un infini qui sont fermés à jamais aux êtres dans le temps, Dieu est le nom le plus commode pour le néant et pour le tout. »
Presque rien sur presque tout, éd. Gallimard, 1997
– « L'argent tombe sur le monde, comme une vérole sur le pauvre peuple, bien après la pensée, bien après l'émotion, le cri, le rire, la parole, et après l'écriture. »
Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit, éd. Robert Laffont, 2013
– « Ne cherchez pas à être sage à tout prix. La folie est aussi une sagesse. Et la sagesse, une folie. »
C'était bien, éd. Gallimard, 2003
– « Il faut toujours penser comme si Dieu existait et toujours agir comme s'il n'existait pas. »
C'est une chose étrange à la fin que le monde, éd. Robert Laffont, 2010
– « Les honneurs, je les méprise, mais je ne déteste pas forcément ce que je méprise. »
– « Le portable entre nos mains prend la place du chapelet. Facebook est une communion sans Dieu, mêlée de confession. »
– « Chacun est prisonnier de sa famille, de son milieu, de son métier, de son temps. »
Voyez comme on danse, éd. Robert Laffont, 2010
– « Nous n'avons plus de héros, nous n'avons plus de maîtres. Nous avons remplacé la surprise par la fatigue et l'admiration par le ricanement. »
C'était bien, Gallimard, 2003
– « Je n'écris, pour ma part, ni un roman ni des Mémoires. J'essaie de comprendre le peu que j'ai fait et comment tout cela s'est emmanché. Je n'écris pas pour passer le temps ni pour donner des leçons. Je n'écris pas pour faire le malin ni pour ouvrir, comme ils disent, des voies nouvelles à la littérature. Pouah ! Je n'écris pas pour faire joli ni pour défendre quoi que ce soit. J'écris pour y voir un peu plus clair et pour ne pas mourir de honte sous les sables de l'oubli. »
Qu'ai-je donc fait ? , éd. Robert Laffont, 2008.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué