X

Moyen Orient et Monde

Le monde musulman en ébullition à l’approche de la décision de Trump

Jérusalem

Le président américain pourrait reconnaître Jérusalem capitale d'Israël, sans toutefois déménager l'ambassade américaine de Tel-Aviv.

OLJ
05/12/2017

L'heure de la décision approche. Donald Trump doit se prononcer cette semaine sur l'épineux statut de Jérusalem, sous la pression du monde musulman qui l'a mis en garde contre tout choix susceptible de ruiner ses espoirs de relance du processus de paix. « Grande catastrophe », « escalade », « violence »... Les alliés des Palestiniens ont multiplié hier les avertissements.
La question est pourtant la même tous les six mois depuis plus de deux décennies : le président américain décidera-t-il de déménager l'ambassade des États-Unis en Israël vers Jérusalem, comme le prévoit une loi adoptée en 1995 par le Congrès, ou signera-t-il une dérogation pour la maintenir à Tel-Aviv, à l'instar du reste de la communauté internationale ? Jusqu'ici, les présidents successifs ont choisi la seconde solution. Donald Trump lui-même, malgré sa promesse de campagne en faveur d'un déménagement, a fini en juin, lors de la précédente échéance, par se résoudre à attendre, pour « donner sa chance » à la paix entre Israéliens et Palestiniens. La nouvelle date butoir pour renouveler la dérogation tombait théoriquement hier, mais un certain flou régnait à Washington.
« Le président étudie encore les différentes options et nous n'avons rien à annoncer », a dit hier matin à l'AFP une responsable du département d'État, rappelant seulement que Donald Trump « a toujours dit » qu'un transfert de l'ambassade interviendrait tôt ou tard. « On a là une occasion historique de réparer une injustice », a lancé hier le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman.
Mais selon plusieurs observateurs, le milliardaire républicain est tenté par une troisième voie qui pourrait consister à repousser encore un tel déménagement tout en reconnaissant solennellement, sans attendre, Jérusalem comme capitale d'Israël. Il devrait annoncer son choix lors d'un discours sur ce sujet explosif demain, selon des médias et des responsables américains, même si rien de définitif n'est encore calé.

Mobilisation internationale
Car même cette solution de compromis serait un casus belli, ont prévenu ces derniers jours les dirigeants Palestiniens, qui estiment que Jérusalem-Est, annexée par Israël en 1967, doit être la capitale de l'État auquel ils aspirent et que le statut de la ville ne peut être réglé que dans le cadre d'un accord de paix avec les Israéliens.
Les Palestiniens étaient déjà échaudés par l'imbroglio de leur mission diplomatique à Washington, que les États-Unis ont récemment envisagé de fermer pour des raisons relativement obscures avant d'engager un revirement.
Pour leur président Mahmoud Abbas, qui tente de mobiliser la communauté internationale et s'est entretenu avec ses homologues français Emmanuel Macron et turc Recep Tayyip Erdogan, reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël « détruirait le processus de paix » – que Donald Trump se dit pourtant déterminé à relancer et même à faire aboutir. Les islamistes du Hamas ont menacé d'une « nouvelle intifada ».
À l'approche de la décision, d'autres pays et organisations sont montés au créneau. La Turquie a estimé hier que cela provoquerait « une grande catastrophe » et « mettrait fin au processus de paix », ouvrant la voie « à de nouveaux affrontements ». La Jordanie, gardienne des lieux saints musulmans de Jérusalem, a aussi mis en garde contre « une démarche aux conséquences graves » et les risques d'« escalade ».
Des avertissements relayés par l'Organisation de la coopération islamique (OCI), qui réunira un sommet de ses 57 pays membres si Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale, et par le chef de la Ligue arabe Ahmad Aboul Gheith, aux yeux duquel « le fanatisme et la violence » seraient nourris par une telle décision, si symbolique soit-elle.
C'est donc un dilemme pour le président des États-Unis, qui peine à tenir les promesses du candidat Trump : s'il respecte celle-ci, il risque de faire capoter les efforts de son conseiller Jared Kushner, auquel il a confié la tâche de réconcilier Israël et les Palestiniens. Une paix indispensable, aux yeux du gendre de Donald Trump, pour ramener la stabilité dans la région et souder Israéliens et pays arabes contre un ennemi commun, l'Iran.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : après la pause du Fitr, les heures supplémentaires du week-end

Un peu plus de Médéa AZOURI

Ce foutu premier rendez-vous...

Les matchs d’aujourd’hui

  • Belgique
    Tunisie

    23/06

    15h00 (GMT+3)

  • Corée du Sud
    Mexique

    23/06

    18h00 (GMT+3)

  • Allemagne
    Suède

    23/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué