Moyen Orient et Monde

Le Koweït se dit prêt à accueillir le sommet du CCG malgré la crise

Golfe
OLJ
04/12/2017


Le chef de la diplomatie du Koweït a affirmé hier que son pays était prêt à accueillir le sommet annuel des six monarchies arabes du Golfe, malgré la grave crise qui secoue cette région depuis six mois. Le Koweït a achevé les préparatifs et « ouvre son cœur et ses bras aux dirigeants du Conseil de coopération du Golfe (CCG) mardi et mercredi », a déclaré à la presse le cheikh Sabah al-Khaled. Selon lui, une réunion préparatoire du CCG au niveau des ministres des Affaires étrangères se tiendra aujourd'hui à Koweït.
Le Koweït a lancé des invitations à ce sommet aux six pays membres du CCG, dont le Qatar, qui a affirmé hier que son émir va assister au sommet.
Une grave crise a éclaté le 5 juin dans la région quand l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont brusquement rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Ils lui ont imposé un embargo en l'accusant de soutenir des groupes extrémistes – ce que Doha dément – et de se rapprocher de l'Iran, le grand rival régional de Ryad.
Le Koweït et Oman se sont tenus à l'écart du boycott du Qatar et l'émir du Koweït a tenté à plusieurs reprises une médiation.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué