X

Moyen Orient et Monde

Des milliers de jihadistes auraient été évacués, dans le secret, de Raqqa

Dans le médias

La BBC révèle le « dirty secret » de Raqqa dans une vaste enquête.

15/11/2017

Le « dirty secret » (sale secret) de Raqqa est dévoilé par la BBC sur son site internet. Un secret concernant l'évacuation, le 12 octobre dernier, de milliers de jihadistes, dont beaucoup d'étrangers, de l'organisation État islamique de l'ancienne capitale autoproclamée du groupe terroriste en Syrie. Un accord trouvé entre les jihadistes et les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le but d'éviter un carnage avait été conclu durant les combats pour la reprise de la ville. Cette évacuation « secrète », par camion, est donc effectuée dans le même temps qu'une autre évacuation, publique celle-là, de centaines de combattants syriens du groupe terroriste en dehors de Raqqa quelques jours avant que celle-ci ne tombe.
Les chauffeurs des camions se sont vu promettre des milliers de dollars pour ce « travail ». La BBC suit le parcours de ces camions qui transportaient non seulement des jihadistes et leurs familles, mais également des tonnes d'armes et de munitions. Elle rencontre également les chauffeurs de ces camions. L'un d'entre eux affirme que le convoi transportant les armes et les hommes qui les portaient faisait 7 km de long et était composé de près de 50 camions, 13 bus et plus d'une centaine de véhicules appartenant à l'EI. Un autre de ces conducteurs constate la diversité des nationalités des jihadistes qui ont pu partir dans ces camions, alors que les combattants étrangers qui se trouvaient à
Raqqa avaient interdiction de quitter la ville. « Il y avait un nombre important d'étrangers. Français, Turcs, Azéris, Pakistanais, Yéménites, Saoudiens, Chinois, Tunisiens, Égyptiens... » déclare-t-il au journaliste de la BBC.
Un périple dans le désert qui profite tout de même aux chauffeurs des camions qui, malgré les intimidations et menaces dont ils souffrent tout le long du trajet, ont été payés comme il se doit par les combattants de l'EI. « L'État islamique est une entité de psychopathes meurtriers, mais ils sont toujours corrects avec l'argent », déclare l'un de ces conducteurs à la BBC.
Le voyage ne passe pas inaperçu aux yeux de la coalition anti-EI qui, selon les informations de la chaîne britannique, a survolé le convoi en larguant des fusées lumineuses... dans le but de marquer leurs positions. Les camions, d'après le reportage, avaient pour destination une position plus à l'est de Raqqa, proche de la frontière avec l'Irak, entre les villages de Marqadah et d'al-Souwar. La « livraison » effectuée, un des conducteurs a indiqué aux FDS l'endroit où les jihadistes et leurs familles avaient été déposés. « Nous leur avons montré l'emplacement sur la carte et elles (les FDS) ont marqué le point afin que l'oncle Trump puisse le bombarder plus tard », affirme-t-il à la BBC.
Dans le cadre de cette grande enquête, la BBC a interviewé plusieurs passeurs qui ont affirmé avoir été confrontés à l'arrivée massive de familles souhaitant gagner la Turquie. « Certains parlaient français, d'autres anglais, d'autres une autre langue encore », affirme un trafiquant à la frontière turco-syrienne, interrogé par la BBC. « Il y avait des familles nombreuses qui traversaient. Notre travail consiste à les faire passer. Nous avons eu beaucoup de familles étrangères qui ont utilisé nos services », confirme un autre de ces passeurs au média britannique. Le passage est d'autant plus difficile que les autorités turques ont renforcé les contrôles à la frontière. Abou Moussab, chef des renseignements de l'EI, est d'ailleurs tombé dans les mailles du filet des forces turques à la frontière. Une arrestation qui confirme l'« effet plumeau », à savoir la dispersion des jihadistes au-delà des frontières de l'Irak et de la Syrie. Le scénario que redoutaient les Occidentaux, suite à la victoire « territoriale » contre l'EI, pourrait être en train de se produire.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué