Dernières Infos

Corruption en Espagne: une procureure accable le parti au pouvoir

AFP
25/10/2017

Une procureure espagnole a accusé mercredi le Parti populaire (PP) au pouvoir en Espagne d'avoir bénéficié de fonds obtenus illégalement par ses élus, aux derniers jours d'un macro-procès pour corruption se tenant depuis un an.

En juillet, le chef du gouvernement conservateur espagnol Mariano Rajoy avait été entendu comme témoin à ce procès dit de l'"affaire Gurtel", portant sur des pots-de-vin versés à des élus et des responsables du PP en échange de juteux contrats publics. Il avait assuré ne rien savoir des finances du parti qu'il préside depuis 2004.

La procureure Concepcion Sabadell a rappelé que l'ex-ministre de la Santé du gouvernement Rajoy, Ana Mato, se voyait reprocher d'avoir bénéficié de cadeaux faits à son mari à l'époque, Jesús Sepúlveda, maire de Pozuelo de Alarcon de 2003 à 2009.
"Il est avéré que M. Sepulveda a touché des commissions en lien avec ses fonctions de sénateur et de maire et son rôle pour l'attribution de contrats publics, encaissées en liquide et en nature, dont ont bénéficié Ana Mato et le Parti populaire", a notamment conclu la procureure de l'Audience nationale, juridiction spécialisée dans les affaires politico-financières.

Pour cela le parquet réclame au PP 328.000 euros et à l'ex-ministre Ana Mato 28.000 euros.
Selon la procureure, le procès a aussi permis de prouver "de manière accablante" l'existence d'une caisse noire dite "B" au sein du PP.

Trente-sept personnes - dont deux ex-trésoriers du PP - sont jugées depuis octobre 2016 près de Madrid, soupçonnées d'avoir participé au réseau de détournements de fonds publics entre 1999 et 2005 portant sur des dizaines de millions d'euros.
Les principaux prévenus sont Francisco Correa, un entrepreneur, et Luis Barcenas, ancien intendant et trésorier du PP, longtemps proche de M. Rajoy.
La procureure a assuré mardi que le suspect désigné dans la comptabilité secrète du réseau sous le sobriquet de "Luis le salopard" était le trésorier du PP. "Luis le salopard est Luis Barcenas", a-t-elle insisté, lors du procès filmé.

Cette séquence de son réquisitoire a aussitôt fait les délices d'une émission satirique.
L'ancien trésorier du PP est soupçonné d'avoir caché jusqu'à 48 millions d'euros en Suisse et dissimulé d'autres fonds à travers des sociétés écrans.
Le procès devrait s'achever le 10 novembre.

Le PP avait perdu en 2016 sa majorité absolue au parlement, notamment en raison de la multiplication des scandales de corruption concernant ses élus.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué