Rechercher
Rechercher

Législatives

Les élections auront lieu à la date prévue, rassure Aoun

« Ces élections seront les plus coûteuses au niveau mondial », tonne Hamadé.

Le président de la République avec la délégation du 8 Mars. Photo Dalati et Nohra

Le président de la République, Michel Aoun, a rassuré hier les Libanais sur le fait que les législatives auront lieu à la date prévue, en mai prochain. Par ailleurs, le point concernant le financement des élections a été validé hier en Conseil des ministres, mais le montant pourrait être réévalué lors de la prochaine réunion de la commission ministérielle en charge du dossier, mardi 17 octobre.
« Les efforts pour mettre sur pied une nouvelle loi électorale n'ont pas été vains. Rassurez-vous, les élections vont avoir lieu à la date prévue. Il s'agit d'une volonté des citoyens et du gouvernement, et personne n'a la capacité d'empêcher leur tenue », a lancé M. Aoun devant une délégation de partis politiques du 8 Mars, hier, à Baabda.
« La renaissance du pays est une opération conjointe entre tous les Libanais et le changement demandé viendra. C'est ce que décidera le peuple lors des législatives », a ajouté le chef de l'État.
Questionné par la presse sur le financement des législatives, à l'issue du Conseil des ministres tenu hier, le ministre de l'Information, Melhem Riachi, a confirmé que ce point a été adopté par le gouvernement, malgré les réticences de certains ministres concernant le coût des élections qui devrait s'élever à cinquante millions de dollars.
Le ministre de l'Éducation, Marwan Hamadé, a qualifié ces élections des « plus coûteuses au niveau mondial ». Il a indiqué que le montant demandé est « dix fois plus élevé que lors du mandat de l'ancien ministre de l'Intérieur Ziyad Baroud ».
Une réunion de la commission ministérielle en charge du dossier des élections est prévue mardi prochain afin d'étudier les détails techniques des élections et de préciser leur coût définitif. « Le gouvernement a validé le crédit demandé pour les législatives. Lors de notre réunion la semaine prochaine, nous déciderons s'il y a besoin de la totalité de la somme demandée », a précisé le ministre de l'Industrie, Hussein Hajj Hassan, à la chaîne LBCI.
Avant d'entrer au Conseil des ministres, le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, avait été interrogé par les journalistes sur le fait qu'il s'agit sans doute « des élections législatives les plus coûteuses » ; il a répondu : « Tout est justifié. » Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs indiqué avoir proposé un plan B qui consiste à permettre aux électeurs de voter depuis leur lieu de résidence.

Bientôt une plainte contre Israël aux Nations unies
Sur un autre plan, le président de la République a dénoncé hier les « menaces » israéliennes contre l'armée libanaise et indiqué que le Liban pourrait déposer plainte contre Israël aux Nations unies. « Nous sommes attachés à l'application de la résolution 1701. Israël est en train de nous menacer et se hâte en même temps de se plaindre pour que l'opinion publique internationale se retourne contre nous. Nous allons faire ce qu'il faut pour y remédier », a souligné le chef de l'État.
Michel Aoun a en outre assuré que ses prises de position (favorables au point de vue du Hezbollah), exprimées dans ses rencontres à l'étranger, notamment lors de sa visite en France, le mois dernier, « ont pour but de rendre au pays sa souveraineté et son indépendance ». « Nous avons commencé à exprimer ces positions lors des visites que nous avons entreprises dans les pays arabes en début de mandat, en Arabie saoudite, en Égypte, en Jordanie, voire même au sein de la Ligue arabe », a dit M. Aoun. « Je vais effectuer chaque année un compte-rendu pour passer en revue ce qui aura été accompli. De cette façon, nous serons en train de renouveler notre attachement au discours d'investiture », a lancé le président, avant de dénoncer « une certaine tendance qui vise à ébranler la confiance établie entre le pouvoir et le peuple ».
Le président de la République a en outre reçu le ministre du Tourisme, Avédis Guidanian, et le secrétaire général du parti Tachnag, le député Hagop Pakradounian, avec qui il a passé la situation politique en revue ainsi que les positions des uns et des autres par rapport aux législatives. M. Aoun s'est par ailleurs entretenu avec le député Atef Majdalani avec qui il a évoqué les dossiers de la Sécurité sociale pour les retraités, la carte Vitale du ministère de la Santé ainsi que l'assurance vieillesse. Il a enfin reçu l'ancien ministre Naji Boustani, la présidente du Bloc populaire, Myriam Skaf, et le directeur de la Chambre de commerce libano-française, Gaby Tamer.


Le président de la République, Michel Aoun, a rassuré hier les Libanais sur le fait que les législatives auront lieu à la date prévue, en mai prochain. Par ailleurs, le point concernant le financement des élections a été validé hier en Conseil des ministres, mais le montant pourrait être réévalué lors de la prochaine réunion de la commission ministérielle en charge du dossier,...

commentaires (0)

Commentaires (0)