Liban

Trafic de traitements anticancer à l'hôpital Rafic Hariri : des zones d’ombre particulièrement inquiétantes

Scandale

Alors que le dossier est ouvert depuis 2009, l'une des coupables identifiée n'a toujours pas été jugée au pénal. Le ministre de la Santé a signé le retrait de son permis et la transmission du dossier au parquet.

04/08/2017

Le verdict, annoncé mercredi par le Conseil supérieur de discipline, présidé par le juge Marwan Abboud, contre Mona Baalbacki, qui a occupé le poste de chef du département de pharmacie à l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, n'en finit plus de susciter la stupeur.
Cette fonctionnaire est accusée d'avoir vendu frauduleusement une grande quantité de traitements pour le cancer dispensés par le ministère de la Santé. En remplacement, ce sont des produits périmés ou contrefaits qui étaient administrés aux malades.

Mercredi, le public a non seulement découvert cette fraude monstrueuse avec effroi, puisqu'elle a privé des centaines de malades de traitements adéquats, mais aussi qu'un délai de plusieurs années sépare les faits de l'annonce de la sanction.
Selon une source judiciaire, le début de l'affaire remonte à 2008, date à laquelle une grosse quantité de traitements frauduleux sont introduits dans le pays. Date à laquelle, aussi, Mona Baalbacki remplace des traitements distribués par le ministère de la Santé par des médicaments inefficaces. C'est l'année suivante, en 2009, que cette fraude est constatée et qu'est ouverte une « enquête complète de l'Inspection centrale, menée par un enquêteur connu pour sa compétence et sa probité », selon cette source. L'enquête est bouclée en 2010.

Or il faut attendre 2015 pour que le dossier atterrisse sur la table du Conseil supérieur de discipline. Cet organisme prend environ deux ans pour statuer dans cette affaire, car la suspecte, qui a été écartée de son poste des années plus tôt, passe le plus clair de son temps en Arabie saoudite et n'assiste pas aux séances. Et ce n'est donc que cette semaine que le jugement définitif du Conseil est finalement prononcé, après les aveux de la pharmacienne.

Cette affaire, d'une extrême gravité, est aussi tentaculaire puisque la liste des complices s'avère longue. Selon la même source, près de douze membres du personnel de l'hôpital seraient directement liés à l'affaire. Ils seraient aussi toujours à leurs postes... Sans compter que l'introduction frauduleuse de médicaments contrefaits au Liban a nécessité, à l'époque, un grand réseau qui aurait pu inclure des fonctionnaires du ministère de la Santé, des douanes, des hôpitaux, des médecins, des infirmiers...
« Ce scandale n'est qu'un échantillon de ce qui se passe dans le pays, estime cette source. Il y a probablement d'autres hôpitaux où de telles actions clandestines ont eu lieu. »

À la question de savoir combien de patients pourraient avoir été affectés par cette fraude, la source interrogée parle d'un stock de 3 700 traitements contrefaits dans cette seule affaire. Mona Baalbacki en a acheté 300, revendant à leur place 300 traitements efficaces distribués par le ministère de la Santé. Certaines informations non confirmées font état de l'écoulement du reste du stock de médicaments contrefaits sur le marché syrien.

 

« La situation a beaucoup changé depuis 2008 »
Que va-t-il se passer après le verdict du Conseil supérieur de discipline. Le dossier, qui concerne bien plus de personnes que cette seule fonctionnaire, a été retransféré à l'Inspection centrale pour une enquête plus approfondie, avant de refaire le chemin vers le Conseil supérieur de discipline, selon cette source.
Toutefois, la fonctionnaire, dont la fraude a pu coûter la santé, et même la vie, à des patients, ne devrait-elle pas être également jugée au pénal ? Le dossier a été transféré devant le parquet en 2014. Par ailleurs, dès la publication du jugement du Conseil supérieur de discipline hier, le ministre de la Santé Ghassan Hasbani a signé un document de retrait de permis – ce qui empêchera définitivement cette femme d'exercer son métier de pharmacienne au Liban – ainsi que le document pour le transfert de son dossier au parquet.
Répondant aux questions de L'OLJ, M. Hasbani, qui devrait consacrer une conférence de presse aujourd'hui à cette affaire, tient à souligner que cette fraude est ancienne, puisqu'elle remonte à 2008. Il assure que la situation a changé depuis et que de telles actions ne sont plus si faciles à commettre. « En ce temps-là, les hôpitaux avaient pris l'habitude de stocker de grandes quantités de médicaments, ce qui rendait le contrôle beaucoup plus difficile, dit-il. L'honnêteté du chef du département de pharmacie était alors cruciale. Un certain chaos régnait également dans l'accès à ces médicaments, ce qui a été réglé depuis, avec la mise en œuvre de mesures nouvelles. Ainsi, actuellement, le patient doit se faire livrer le médicament personnellement, avant qu'on ne le lui administre à l'hôpital. »

Le ministre évoque également un contrôle accru sur les pharmacies et la circulation de médicaments ces dernières années et évoque la mise en œuvre d'outils informatiques pour une meilleure traçabilité du médicament.

 

Devant le parquet
Reste à savoir quel va être le sort de cette affaire devant le parquet pénal, cette fonctionnaire et ses complices n'ayant pas encore été jugés pour des actes qui ont vraisemblablement entraîné la maladie et la mort. Répondant hier à des accusations de retard dans le traitement de cette affaire, parues dans la presse, le procureur général près la Cour de cassation, le juge Samir Hammoud, a donné des précisions dans un communiqué. Il assure notamment qu' « il n'y a aucun retard dans le cadre de cette affaire », insistant sur le fait que « la procédure judiciaire en vigueur a été respectée ».

« En date du 15 décembre 2014, un dossier est parvenu au parquet de l'Inspection centrale, enregistré auprès de cet organisme en date du 16 juillet 2009, assorti de la décision portant le numéro 123/2014, au sujet des fraudes commises par la chef du département de pharmacie de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri, souligne le juge dans son communiqué. À cette même date du 15 décembre 2014, le procureur général près la Cour de cassation a transmis le dossier au procureur financier conformément à la procédure en vigueur, où il a été enregistré sous le numéro 3747/2014. En date du 26 janvier 2015, le procureur financier a déféré l'accusée devant le premier juge d'instruction de Beyrouth Ghassan Oueidate sous des chefs d'accusation divers, et le dossier a été enregistré auprès du premier juge d'instruction sous le numéro 9/2015, en date du 27 janvier 2015. »

Auprès du public, l'impression générale de lenteur ne s'est pourtant pas dissipée, étant donné que la principale accusée, et surtout ses complices, sont toujours en liberté, voire toujours à leurs postes pour la plupart. De plus, des zones d'ombre demeurent. À titre d'exemple, qu'est-ce qui explique ce délai entre la fin de l'enquête de l'Inspection judiciaire en 2010, qui avait fait la lumière sur tous les délits commis, et la date de transmission du dossier au parquet en 2014 ?

 

Pour mémoire

Elle revendait les traitements pour cancer et en privait les malades d'un hôpital gouvernemental à Beyrouth

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Crimes sauvages qui ne doivent jamais rester impunis .

C.K

Beur. Elle a du "arroser" tellement de pourris de son espèce,elle ne sera pas inquiétée.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES ASSASSINATS PREMEDITES ! TELS SONT LES CRIMES COMMIS PAR CETTE FEMME ET POUR TELS ELLE DEVRAIT ETRE JUGEE SANS AUCUNE PITIE AVEC TOUS ET TOUTES SES COMPLICES CAR SANS COMPLICES DE TELS CRIMES N,AURAIENT PAS ETE POSSIBLES...

Stephane W.

J'apprends à l'instant par un site en langue arabe que la personne mise en cause fait l'objet dès aujourd'hui d'une enquête en Arabie Saoudite où elle exerce comme enseignante au niveau universitaire.
Les Saoudiens ont réagi en moins de 48h ; la justice libanaise commence timidement à réagir, huit ans après la confirmation des faits.
Il s'agit d'actes criminels, voulus, planifiés et ayant donné lieu à un bénéfice matériel au détriment de la santé des gens, pour la plupart des femmes et des enfants d'après les éléments publiés.
Cette affaire ne doit pas en rester là.

Saliba Nouhad

Toute cette histoire n'est que le sommet de l'iceberg d'une corruption généralisée dans le pays du plus bas au plus haut niveau et qui sévit depuis des décennies et dans tous les domaines... Tout le monde le sait!
Mais on est parfois sidérés par l'ampleur et l'énormité de certaines fraudes avec conséquences criminelles directes et mort d'homme et le peu d'empressement des autorités de sévir et punir les coupables qui continuent à se la couler douce comme si de rien n'était...
Ça choque et bouleverse les gens vertueux et honnêtes, et alors, on leur répondrait : "joignez les rangs et, si ça ne vous plait pas, allez donc vivre sous d'autres cieux".

Bibette

Le moins que l'on puisse dire d'elle est qu'elle est un monstrueux diable... le mal criminel en action qui a commis des centaines de meurtres de personnes par obstruction aux soins médicaux qui leur étaient destines. C'est une criminelle qui mérite la réclusion a perpétuité sans aucun droit a aucune amnistie ni raccourcissement de peine. Et si cela ne se fait pas je perdrai tout espoir dans ce pays! Malheurs aux libanais si cette femme et ses complices ne sont pas punis comme il se doit!

Irene Said

Cette Mouna Baalbaki, même si elle se balade en Arabie Séoudite, un mandat d'arrêt international peur être émis par le gouvernement libanais, non ?!
Surtout que ce qu'elle a fait relève d'un crime abject...et qu'elle peut faire la même chose en Arabie Séoudite, ou ailleurs.

Irène Saïd

gaby sioufi

et la descente en enfer continue,
de plus belle !

Houri Ziad

Rions ensemble ou se lamenter sur notre sort !!!!!!

yves kerlidou

On atteint le sommet de la corruption faire du fric sur la santé des gens! et mettre plus de 10 ans a traiter le dossier ? Toutes les familles concernées par cette maladie à cette époque doivent se retourner juridiquement contre l'état incapable.
Décidément pas un jour sans un nouveau scandale ! ou est le changement ?

Dounia Mansour Abdelnour

Depuis 2008 dites-vous! Depuis 2008 cette affaire est en cours mais toujours pas en court! La messe est dite ! Il est clair que la Mona Baalbacki, un être dénué de conscience semble-t-il, a des complices bien placés qui se sont chargés d'étouffer l'affaire et d'éviter son incrimination car est-il normal qu'elle n'aît pas fait l'objet d'un mandat d'arrêt alors que nous sommes en 2017 !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les Saoudiens et le courant du Futur, des relations tendues

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.