X

Moyen Orient et Monde

Dix ans de prison pour un Américain accusé d’« infiltration » par Téhéran

Iran
OLJ
17/07/2017

Un ressortissant américain accusé d' « infiltration » a été condamné à dix ans de prison en Iran, a annoncé hier la justice de ce pays dans un contexte de crispation entre Téhéran et Washington.
Le porte-parole de la Justice, Gholamhossein Mohseni-Ejeie, n'a pas précisé l'identité de l'Américain ni la date de son arrestation ni fourni de détails sur cette « mission d'infiltration ». Selon l'agence Mizanonline, qui dépend de l'autorité judiciaire, la personne arrêtée s'appelle Xiyue Wang et possède la nationalité américaine mais aussi chinoise car née à Pékin. « Il fournissait des informations de terrain sous forme d'articles publics, confidentiels et très confidentiels à l'équipe de recherche du département d'État américain », selon cette agence qui a publié sa photo. Selon l'agence, il travaillait aussi avec divers centres de recherche, notamment « l'école Kennedy de l'université Harvard », « le Centre d'études sur l'Iran et le golfe Persique de Sharmin et Bijan Mossavar-Rahmani » ou encore « le Centre d'études iraniennes de l'université de Tel-Aviv (...) pour identifier des thèmes en vue d'un renversement en douceur » du régime iranien.
« Cet espion américain avait pour mission de collecter des informations et des documents secrets » sur l'Iran, a ajouté l'agence qui ajoute qu'il a été arrêté le 8 août 2016. « L'Américain a été identifié et arrêté par les services de renseignements. Il était venu pour une mission d'infiltration et a été condamné à dix ans de prison », a déclaré M. Mohseni-Ejeie lors d'une conférence de presse. « Cet individu était guidé directement par les Américains » dans sa mission, a-t-il ajouté, en précisant qu'il avait fait appel de sa condamnation.

« Poursuites inventées »
Les États-Unis ont réclamé la « libération immédiate » de tous les Américains « injustement détenus » en Iran, aindiqué hier un responsable du département d'État. « Le régime iranien continue de détenir des ressortissants américains et d'autres étrangers sur la base de poursuites inventées en matière de sécurité nationale », a déclaré ce responsable.
Deux ressortissants irano-américains, l'homme d'affaires Siamak Namazi et son père Mohammad Bagher Namazi, ont été condamnés en octobre 2016 avec quatre autres personnes à dix ans de prison pour « espionnage » au profit de Washington. Les États-Unis ont demandé à plusieurs reprises la libération immédiate des deux hommes. Washington demande aussi la coopération de Téhéran dans le cas de Robert Levinson, un ancien agent du FBI, porté disparu en Iran depuis 2007. En janvier 2016, quatre irano-américains, dont le journaliste du Washington Post Jason Rezaian accusé d'espionnage et l'ex-marine Amir Hekmati, ont été libérés et échangés contre sept Iraniens poursuivis aux États-Unis. Un cinquième Américain a été relâché en parallèle mais hors du cadre de cet échange.
Source : AFP

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.