La Dernière

Quand « Despacito » booste le reggaeton

Pendant ce temps, ailleurs...
OLJ/AFP
20/06/2017

Le reggaeton, originaire de Porto Rico (États-Unis), est depuis longtemps une musique incontournable des boîtes de nuit dans les pays hispanophones, mais il n'était jamais parvenu à percer ailleurs. Jusqu'à la chanson Despacito. Boudé par les élites, le genre musical remporte actuellement un succès international avec ce titre de Luis Fonsi. C'est le premier morceau en espagnol à devenir n° 1 du classement américain des singles, le Billboard Hot 100, depuis la Macarena en 1996. Un remix sur lequel apparaît le rappeur portoricain Daddy Yankee, avec la collaboration de la star de la pop Justin Bieber, qui a déjà passé cinq semaines arrimé en tête de ce classement.

 

 

 

Le reggaeton se caractérise par des rythmes rapides aux saveurs jamaïcaines, appréciés des boîtes de nuit, avec des paroles aux sonorités de rap, souvent teintées de machisme. Il a décollé à Porto Rico dans les années 1990, après avoir été considéré comme un courant « underground ».
« La musique underground était essentiellement pour faire la fête, mais elle a aussi procuré un espace d'expression politique pour aborder les problèmes comme la pauvreté, la brutalité policière et le racisme », explique Petra Rivera-Rideau, professeur-assistant en études américaines au Wellesley College et auteur de l'ouvrage Remixing Reggaeton.

Despacito, qui signifie « très lentement » en espagnol, se déroule sur un rythme reggaeton avec des paroles jalonnées d'allusions sexuelles. Justin Bieber chuchote le premier vers, comme à bout de souffle, puis chante un peu plus tard en espagnol. Le jeune chanteur canadien a collaboré au remix réalisé en avril, mais le titre original était déjà un mégahit dans les classements hispaniques. Le clip de cette première version, sorti en janvier, a été visionné à 2 milliards de reprises sur YouTube. C'est Justin Bieber, selon Luis Fonsi, qui a eu l'idée de prendre part au remix après avoir entendu la chanson dans une boîte de nuit de Colombie. Sa participation a permis « de révéler la chanson à de nombreuses personnes qui ne l'avaient jamais entendue », estime Mme Rivera-Rideau.

Mais ce n'est pas le premier succès du chanteur portoricain âgé de 39 ans. Depuis une vingtaine d'années, il s'est fait remarquer avec des ballades et de la pop latino-américaine plutôt qu'avec du reggaeton. « Certaines personnes ont dit que Justin Bieber s'appropriait le reggaeton pour son propre gain, et c'est peut-être le cas, mais on pourrait aussi considérer que Luis Fonsi fait la même chose – emprunter un genre associé à une communauté marginalisée pour son propre succès commercial », remarque Petra Rivera-Rideau.

Dans un entretien au magazine Rolling Stone, Luis Fonsi a indiqué qu'il n'était pas parti pour écrire « un disque transversal ». « J'ai senti que j'avais besoin d'un petit peu plus de mouvement, a-t-il expliqué. C'est dans cette direction que va la pop latino : c'est le bon moment pour mettre un peu de rythme dans ce disque. »

 

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

« La modération » de Saad Hariri et « l’extrémisme » de ses rivaux

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.