Agenda

Hector Nahas, ou la lumière de l’âme

Hommage
03/06/2017

Hector Nahas qui vient de nous quitter laisse un tapuscrit sur son expérience de médecin du corps et de l'âme qu'il m'avait fait le privilège de me confier. Son témoignage de médecin du corps et de l'âme vous intrigue, vous capte, vous retient à travers l'expression d'une spiritualité profonde.
Se rappeler à 90 ans de ses souvenirs d'enfance, d'adolescence, de sa vie, de sa carrière, c'est dire combien les actes et les faits marquent pour la vie. Ils restent vivants dans chaque souffle à travers l'écoulement des années. Ces événements sont indélébiles.
Le Dr Nahas préfère être fidèle au spontané, au naturel. Identique à lui-même et vrai. La pesanteur de l'âge, du corps, de l'existence peut affecter le style et sa cohérence conventionnelle, mais cette pesanteur n'affecte pas l'esprit et l'âme inondée par la grâce. Son expression s'apparente à une méditation libre, consignée sous forme de notes. Qu'apprenons-nous de son expérience professionnelle et son témoignage ?
À un âge où le savoir académique est fragmenté en disciplines et sous-disciplines, le Dr Nahas cherche à comprendre (comprendere), c'est-à-dire à embrasser dans un ensemble, mettre dans un tout, intégrer, saisir la cause avec l'effet, l'acte avec l'intention de celui qui agit. Tout effort d'analyse implique la dissection des éléments et, nécessairement, le rattachement ultime de ces éléments au tout auquel ils sont tributaires. Hector Nahas l'exprime avec les notions denses de fortitude et de complétude qui ne peuvent être atteintes que par une force spirituelle transcendante, irriguée et inondée par la foi et la pleine disponibilité à la Providence, à Dieu, Âme de l'univers.
Il y a dans l'expérience de plus de 90 ans du Dr Hector Nahas des leçons de thérapie appliquée et humaine. La vision binoculaire intégrée, la respiration nasale bouche fermée, la patience dans le traitement de nombre de maladies bénignes, la critique des calmants anodins... sont autant de recommandations qu'il puise de sa propre expérience et surtout de la qualité de sa relation avec le patient, non considéré comme objet ou client, mais être vivant, corps et âme.
On dégagera de son expérience des préceptes de thérapeutique médicale, morale et spirituelle. « Chaque épreuve passée avec succès, dit-il, est une leçon de croissance spirituelle. » Son insistance sur les yeux, surtout le regard, dépasse la perspective exclusivement médicale et thérapeutique. « Le regard, dit-il, est la lumière de l'âme. » Cela rappelle l'œuvre éminemment poétique de Racine où le regard est parole et amour. « C'est, comme il l'écrit encore, l'âme simple qui prévaut sur le mal et prévient toute déviation. »
Son expérience avec un patient, badigeonneur professionnel, atteint d'une grave maladie et qui parvient à se relever, « à marcher sans canne ni soutien », est bouleversante grâce à quel médicament ? Non. La grâce de la foi, de la volonté et de l'âme. « Dieu est en nous, écrit-il, puisqu'il est partout et ne veut en échange que notre bonne volonté s'accomplir. » C'est alors que l'être humain est véritablement « rédempté ». Le Dr Nahas se rappelle bien et applique la consigne de son père : « L'expérience pratique de la vie est un registre constamment ouvert. » Lisons ce registre.

Membre du Conseil constitutionnel Titulaire de la Chaire Unesco d'étude comparée des religions, de la médiation et du dialogue, USJ

À la une

Retour à la page "Agenda"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué