Liban

Pas de divergences politiques profondes, affirme Bassil

OLJ
03/05/2017

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a affirmé hier qu'il n'y avait pas de divergences politiques profondes autour de la question du vote d'une nouvelle loi électorale.
« Non à la prorogation, non au vide et non à la loi de 1960. Oui à une (nouvelle) grande loi électorale », a répété M. Bassil à l'issue de la réunion hebdomadaire du CPL qui s'est tenue à Rabieh. « Nous avons lancé une campagne qui a pour but de faire pression pour voter une nouvelle loi électorale, et nous ne sommes attachés à aucun mode de scrutin en particulier, a ajouté M. Bassil. Nous sommes contraints de voter une nouvelle loi électorale par le biais du consensus, il n'y a pas d'autre choix. Ceux qui présentent des propositions inacceptables ne veulent pas, en réalité, la tenue du scrutin. » Et M. Bassil d'affirmer : « Il n'y a pas de divergences politiques profondes, mais certains désaccords minimes, et c'est pour cela qu'un vote sur une nouvelle loi électorale est possible avant le 19 juin. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué