Liban

Droit de réponse des propriétaires de la maison rouge

Patrimoine
OLJ
30/03/2017

Suite à l'article publié dans notre édition du mardi 28 mars sous le titre « La maison rouge déclassée d'un coup de crayon par Gh. Khoury », l'avocat des propriétaires du bien-fonds 491, rue Abdel Aziz à Hamra, Gaby Adel Germanos, nous a fait parvenir la mise au point suivante :
« Suite à un litige judiciaire entre mes clients et un des locataires, l'ingénieur Samir Rubeiz (...), une commission du ministère (de la Culture) avait été chargée d'inspecter le bien-fonds. Par la suite, un arrêté portant le numéro 517, daté du 4 février 2016, avait été publié, portant interdiction de la démolition de ladite maison.
Nous avions à l'époque présenté un recours devant le Conseil d'État, qui, dans sa décision n° 869/2015-2016, avait considéré l'arrêté ministériel comme étant irrecevable et caduc conformément aux articles 11, 12, 13 et 15 de la Constitution.
« Le 28/7/2016, nous avions saisi le ministère de la Culture d'une demande d'application de la décision du Conseil d'État (...), qui est restée lettre morte. Le ministère de la Culture n'en a pas tenu compte et a publié un deuxième arrêté situant le bien-fonds en question sur la liste des bâtiments classés.
« Conformément à une nouvelle demande de notre part, le bâtiment a fait l'objet d'une deuxième inspection et il est apparu qu'il ne répond pas aux critères requis pour le classer sur la liste des bâtiments traditionnels à préserver. L'architecte Rahif Fayad, ancien président de l'organisation des architectes arabes, a d'ailleurs élaboré un rapport détaillé sur la question.
« Nous assurons que le propriétaire n'envisage pas de démolir l'ensemble du bien-fonds. La publication de communiqués et d'articles erronés sur le sujet dans la presse ou à travers les réseaux sociaux n'a pour objectif que de déformer la vérité et d'user de pressions sur le ministère de la Culture, pour porter préjudice à la propriété de notre client.
« La décision courageuse et juste du ministre de la Culture, Ghattas Khoury, portant le n° 32/2017 n'est qu'une application de celle du Conseil d'État et des articles de la Constitution qui protègent la propriété privée. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE NE VOIS PAS L,INTERET ARCHITECTURAL D,UNE BATISSE DE LA FIN DU XIII SIECLE DONT LES ETAGES SONT DU XX SIECLE... POUR QUELLE SOIT CLASSEE A PRESERVER QUAND LES VRAIS MONUMENTS A PRESERVER... CENTRE DE BEYROUTH PAR EXEMPLE ET TANT D,AUTRES... SONT IGNORES !

George Khoury

"N'envisage pas de demolir l'ensemble du bien-fond" encore de la semantique...ils vont laisser les 3 dalles a l'entrée et batir un belle tour a coté.

Et puis le conseil d'etat, c'est plus un cirque d'etat. Pareil pour le conseil des ministres, la chambre des deputes, et autre titres pompeux juste bon a se gaver sur la peau du pays

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants