Dernières Infos

La première banque russe se retire d'Ukraine

La première banque de Russie, Sberbank, a annoncé mardi la vente de sa filiale en Ukraine, visée par des sanctions des autorités et des blocages de militants nationalistes, un symbole fort du fossé qui se creuse entre Moscou et Kiev.

Le géant bancaire contrôlé par l'Etat russe indique dans un communiqué avoir signé un accord de vente avec un consortium d'investisseurs comprenant la banque lettone Norvik Banka et "une société privée bélarusse" non précisée.

Selon un communiqué de Norvik, la société bélarusse appartient à Saïd Goutseriev, homme d'affaires de nationalité britannique et fils du magnat russe Mikhaïl Goutseriev.

La transaction, pour un montant non dévoilé, entraînera une perte comptable pour Sberbank en raison du caractère "rapide de la vente", précipité par l'introduction de nouvelles sanctions contre les banques publiques russes.

Ces mesures ont été décidées après la reconnaissance par la Russie de la validité des passeports émis par les "républiques" séparatistes autoproclamées de l'est de l'Ukraine, Sberbank ayant en conséquence accepté ces pièces d'identité.

Le patron de VTB, la deuxième banque russe, Andreï Kostine, a de son côté indiqué aux agences russes négocier avec plusieurs acheteurs, "essentiellement ukrainiens", la vente de sa filiale ukrainienne.

Après des embargos commerciaux réciproques ou encore la fermeture des espaces aériens, le départ des banques russes constitue une nouvelle étape de la guerre économique à laquelle se livrent Kiev et Moscou depuis l'annexion de la Crimée en 2014 et le début du conflit qui a fait plus de 10.000 morts depuis trois ans dans l'Est ukrainien.

Sberbank représente un symbole très fort. D'une part par sa présence en Ukraine avec plus d'un million de clients et son rang de sixième établissement du pays. D'autre part par son statut de numéro un du secteur bancaire russe: l'héritier des caisses d'épargne de la Russie tsariste et de l'Union soviétique est dirigé par Guerman Gref, un ancien ministre proche de Vladimir Poutine.
A ce titre, la banque a été régulièrement visée en Ukraine par des actes de vandalisme et des blocages.

Mardi matin, des militants ont retiré les blocs de béton qui entravaient les accès au siège de Sberbank à Kiev, expliquant vouloir laisser le temps aux clients de retirer leurs fonds.
Au-delà des banques, les appels au boycott des produits russes se font régulièrement entendre depuis trois ans en Ukraine.

Pendant le week-end, le mouvement nationaliste S14 a organisé des actions devant des boutiques de chaînes russes dans des centres commerciaux.
"Nous comptons sur l'Etat ukrainien pour défendre la propriété des investisseurs étrangers contre les attaques des éléments ultranationalistes et extrémistes", a réagi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.


La première banque de Russie, Sberbank, a annoncé mardi la vente de sa filiale en Ukraine, visée par des sanctions des autorités et des blocages de militants nationalistes, un symbole fort du fossé qui se creuse entre Moscou et Kiev.


Le géant bancaire contrôlé par l'Etat russe indique dans un communiqué avoir signé un accord de vente avec un consortium d'investisseurs...