La Seize

Quelqu’un m’a dit...

les potins
21/03/2017

Carlo fan du trône
Mireille Hayek, propriétaire des restaurants Parilla, Yasmina et Em Sharif, ne résiste pas aux créations de Rami Boutros. De la base d'offre lancée 2 500 dollars, elle a fait monter les enchères de façon spectaculaire à 40 000 dollars, pour remporter haut la main le siège customisé par Rami. On peut applaudir, car la somme va à la caisse du CCCL (le Children's Cancer Center of Lebanon).
C'était jeudi dernier à Roche Bobois. Pour marquer les 20 ans de l'établissement, Bruno Hitti a invité designers, architecte, styliste et photographe à s'approprier le coussin d'assise (95X95, hauteur 19cm), du canapé iconique Mah Jong, créé par Hans Hopfer en 1971. Et à mettre leurs créations aux enchères au profit du CCCL. Dix artistes ont donné libre cours à leur inspiration et toutes les pièces ont trouvé preneurs. Avec le commissaire-priseur, Tom Best, de Christie's Londres.

Tarek Khalifé en a acquis trois, signées Anastasia Nytsen, Cynthia Merhej et Galal Mahmoud. Aline Nouwayhed était toute fière de rafler le produit Zuhair Murad, pour 16 000 dollars. Conquis par l'œuvre de Roger Moukarzel, Rami Boutros n'a pas lâché prise. Et Mireille Hayek s'est à nouveau enflammée pour acquérir la pièce des frères Mohammad et Omar Kabbani, alias Ashekman, qu'elle a remporté au second coup de marteau du commissaire-priseur de Christie's, Tom Best. Rosy Fayad a opté pour Georges Mohasseb. Quant à Sara Manoukian, elle a décidé de conserver jalousement le travail de son époux, Guy Manoukian, en offrant 3 000 dollars. Et pour finir, le magnifique trône de Marwan Hamza a été adjugé à Carlo Ayoub. Fan de Game of Thrones, Carlo ? !
Ce soir-là, les motivations humanitaires des acteurs étaient certaines : 100 % de la recette de cet évènement a été versée au CCCL. La présidente Nora Joumblatt se frotte les mains : le montant amassé s'élève à 86 300 $ !

Les invités se sont délectés des bouchées préparées par Cat and Mouth ; le champagne et le Grey Goose, offerts par les Caves de Taillevent, ont coulé à flots. L'évènement organisé par le duo Marie-Noëlle Azar et Roula Rebeiz (Whyte Mulberry), a été un vrai succès, et a rassemblé plus de 400 personnes, parmi lesquelles l'ancien ministre Raymond Araïji qui a fait une brève apparition, Tania et Nagy Heneiné, Dany Touma, Maya et Ghassan Geagea, Hala Tayah, Mayssam Skaff, Poussy et Michelle el-Murr, Aziz Rebeiz, Cyril Karaoglan, Maurizio Ragnini, Helene Abtour, Denise Safa, Randa Chahine, Maryline Hélou et Paula Naaman. Sans oublier la maîtresse de cérémonie, Mira Samaha, membre du jury de Dancing with the Stars.


---

 

L'art contemporain au Mim
Parce que l'enfance est une cause qui ne fait pas débat, la vente aux enchères d'art contemporain au profit de la fondation Philippe Hatem – « Happy Childhood Foundation » (HCF)- séduit aussi bien le public que les artistes qui s'associent. L'évènement, qui s'est tenu au musée Mim en présence du président de la fondation Georges Hatem, des membres du conseil et d'Amira Rizk, présidente du comité de gestion de l'évènement, a rassemblé des collectionneurs, des galeristes et amis. Parmi eux, Maurice Sehnaoui, Samir Abillama, Mona Issa el-Khoury, Ramona et Jean Sassine, Soha et Charbel Habib, Hoda Hammour, Paul, Pierre et Brigitte Caland, Leila Machnouk, Diane Fadel, Ramzi Akkaoui et sa fille Nathalie, Nada Andraos, Nada el-Assaad, Nayla Assouad, Nathalie et Samir Baydoun, Carole Bustros, Nathalie et Peter Hrechdakian. Présents également, le directeur général de Christie's au Moyen-Orient Michael Jeha, et la spécialiste et chef des ventes d'art moderne et contemporain à Christie's Dubaï, Masa al-Koutoubi. Dans l'assistance, les propriétaires des galeries associées : Nadine Begdache et Saleh Barakat ; ainsi que le comité consultatif de collectionneurs d'art qui soutient la fondation dans le développement d'une stratégie de vente et dans la sélection des œuvres : Abraham Karabadjian, Bassel Dalloul, Karim Abillama et Tarek Nahas.

Aucune fuite n'a filtré sur la somme récoltée, mais les téléphones fonctionnaient à bloc avec des collectionneurs résidant à l'étranger et la majorité des œuvres proposées ont trouvé acquéreurs, dont celle d'Huguette Caland, partie à 330 000 dollars. Super ce concept de ventes caritatives qui fédère des énergies dans le monde de l'humanitaire. Le montant de l'opération sera investi dans le centre de réhabilitation Laetitia Hatem au sein de l'Hôtel-Dieu de France, qui fournit des sessions de physiothérapie, d'ergothérapie et d'orthophonie à des centaines d'enfants.
L'évènement a été suivi d'un cocktail et d'une visite guidée par Salim Eddé du musée Mim.


---

 

Lets talk Jewellery
Invitée à Beyrouth par la PR Mariana Wehbé, la gemmologue et journaliste britannique, Katerina Perez, a rencontré cinq créateurs libanais, qu'elle a visités dans leurs ateliers pour « comprendre leur approche dans la conception et la fabrication d'un bijou, leur éthique et leur philosophie ». Au programme, Paolo Bongia, Selim Mouzannar, Nada Ghazal, et le beau gosse aux yeux couleur azur Henry Dakak Jr (HHD), qui a révélé sa première collection au cours d'un cocktail offert dans son penthouse, transformé en un petit paradis par la délicieuse Cherine Saadé, nouvelle étoile montante des boîtes d'évènementiel. Elle a récidivé à la Maison Tabbah où Antonia et Najib Junior Tabbah offraient également un thé en l'honneur de Perez, qui a rassemblé une quarantaine de dames. À cette occasion, le créateur a ouvert les portes de son atelier livrant quelques secrets liés à son métier et dévoilant des pièces rarement accessibles au public. Comme le collier Drapé du Soir en diamants taille baguette, dont les nœuds se terminent par une magnifique émeraude colombienne, conçu en 1958 par son grand-père Nagib Tabbah Senior ; le collier Infinite Cascade de diamants et de perles qui a habillé la princesse Charlène de Monaco au dîner de son mariage; ainsi que le Livre d'Or, à la couverture ornée de motifs en or sertis de pierres précieuses. Randa Messir, Chérine Tayeb, Mariana Bassatni, Asma Zeenni, Dana Khazen, Lilia Sabbagh, Alexandra Karam, Basma Mounla, Hayma Chawaf, Chérine Ammache, Twiggy Tayyah, Salwa Chalhoub et d'autres n'en sont pas revenues et leurs pupilles confirment le pouvoir magique qu'exercent les cailloux sur les femmes ! Le séjour de Katerina a été clôturé par un dîner offert par Mariana Wehbé à Liza, qui a regroupé nos bijoutiers ainsi que Gregory Gatserelia, Dania Hijazi et Chérine Saadé.


---

 

Dalia en week-end à Louxor
L'Égypte des pharaons étant le cadre de l'un des plus grandioses opéras de Verdi, Aïda, c'est sur cette musique et au milieu d'une haie de gardiens armés de flambeaux que les invités ont été accueillies au temple de Louxor, illuminé pour la soirée d'anniversaire de Dalia Salam Richani.
Dalia a choisi le soleil d'Égypte pour fêter ses 50 printemps, entourée de personnes qu'elle affectionne particulièrement : sa sœur la princesse Ghida Talal de Jordanie, ses tantes Ghada Nsouli, Rima Arab, Koulthoum Husseini et Cherine Arab ; sa belle-mère May Richani ; ses cousines Chafica Salam, Mehreen Kelly, Sirine Husseini, Hania Farell et Hassana Hussami ; ainsi que ses amies, venues de Beyrouth, Londres, Dubaï, Italie et USA, comme Nadine Kettaneh, Nayla Abou Sleiman, Nada Debs, Monica Barakat Thomas, Riham Kosta, Rola Berri, Sawsan Asfari, Zina Sakka, Mona Mourad, Laila Asser, ses copines d'Oxford, Marella Caracciolo di Castagneto et Jane Press da Mostason qui mène aujourd'hui campagne pour l'environnement à Venise. Sans oublier le rire contagieux de Mayada el-Himami et le plein d'entrain et d'humour de Patricia Rijsterborgh, qui ont sprayé le voyage d'une vraie joie de vivre. Au total 29 dames se sont retrouvées pour célébrer l'évènement et remonter le Nil à bord du Sun Boat III jusqu'à Assouan, puis prendre un avion privé pour Abou Simbel. Tout un programme concocté dans les moindres détails par Dalia : cuisine gastronomique égyptienne ; visites des temples sur tout le trajet ; soirées de musique orientale et danseuses du ventre ; un thé au légendaire Old Cataracte, etc. Tout a contribué à mettre ces dames dans l'esprit de la fête et à s'imprégner de la beauté de ce pays, dont le nom sonne d'infinis échos historiques et légendaires.


---

 

Erratum
Une malencontreuse erreur s'est glissée dans le texte publié mardi dernier, le 14 mars. Le dîner de gala était en fait organisé par OpenMinds et non par la LAS ou Lebanese Autistic Association.

 

ditavonbliss@hotmail.com

 

Retour à la page "La Seize"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.