Rechercher
Rechercher

Agenda - Cérémonie

Pose de la première pierre d’un complexe sportif et culturel au CPF

Comme l'a écrit un élève au-dessus de la porte de sa classe, « Un élève heureux apprend mieux »... En réaménageant les espaces, en construisant de nouveaux bâtiments, le Collège protestant français espère être également un établissement bâtisseur de bonheur.

Entouré des membres de l’administration du CPF, M. Emmanuel Bonne pose la première pierre du nouveau complexe sportif et culturel de l’établissement francophone.

Il y a quelques mois, à l'occasion des 90 ans de la Présence protestante française au Liban (PPFL), un ensemble de travaux ont été lancés sur le campus du Collège protestant français (CPF), secteur Koraytem, à Beyrouth, sous le thème de « Tradition et modernité, 90 ans d'excellence ».
Après une première phase de travaux, la cérémonie de la pose de la première pierre du nouveau complexe sportif et artistique du CPF s'est déroulée le lundi 13 mars, sous le patronage d'Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban, en présence de Christophe Bouchard, directeur de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), d'Anis Nassif, président de Présence protestante française au Liban, de Bruno Jacquier, proviseur du Collège protestant français, et des membres du conseil d'administration du PPFL. L'on notait également la présence du ministre de l'Éducation, Marwan Hamadé, et d'Andrée Daouk, administratrice de l'Association franco-libanaise pour l'éducation et la culture (Aflec), de Véronique Aulagnon, directrice de l'Institut français, ainsi que de bon nombre d'anciens, dont la présidente du Festival al-Bustan, l'ancienne députée Myrna Boustani, et sa fille, Laura Lahoud.
Après les hymnes nationaux libanais et français interprétés par les élèves de 5e C, encadrés par leur professeur de chant Rita Zoghbi, Bruno Jacquier a pris la parole pour souligner que cette cérémonie est « l'occasion de rassembler autour de la grande famille du CPF, autour de notre communauté éducative, les différents acteurs et tous les partenaires qui ont permis que ce projet se concrétise ». Et d'ajouter : « Sur la façade du collège nous avons affiché : "L'excellence se construit tous ensemble". Bien plus qu'un slogan, c'est pour nous une évidence. C'est bien collectivement que nous sommes arrivés à proposer un projet d'une telle ampleur. Ce pôle sportif et artistique va renforcer le caractère global de l'éducation dispensée dans notre système français. Cela va favoriser l'expression des différents talents, valoriser les comportements positifs et les réussites. »
Pour M. Jacquier, une école bienveillante sait accueillir, sait proposer des équipements de qualité, sait repenser les espaces de vie et le temps scolaire. « Nous savons tous ici que de nouvelles installations, de nouveaux lieux de récréation, de nouveaux jardins, de nouveaux espaces de restauration favorisent les rencontres, les échanges et sont des facteurs influents sur le climat scolaire. En favorisant le bien-être, nous mettons nos élèves dans les meilleures conditions de réussite éducative. » Et le proviseur de conclure : « Comme l'a écrit en 2013 un élève de CE2 au-dessus de la porte de sa classe : "Un élève heureux apprend mieux", en réaménageant les espaces, en construisant de nouveaux bâtiments nous espérons être également des bâtisseurs de bonheur. »

« L'homme qui plantait des arbres »
Après une performance théâtrale des élèves de première encadrés par leur professeur Nagy Souraty, Anis Nassif a pris la parole à son tour pour souligner une coïncidence étonnante. « C'est, en effet, le 25 mars 1955 que le président du Conseil Sami el-Solh, l'ambassadeur de France M. Balay, mon prédécesseur André Rouville, et Louise Wegmann, directrice du CPF, ont posé la première pierre de notre établissement rue Mme Curie. Nous voilà donc, 62 ans après, réunis pour poser la première pierre du complexe sportif, culturel, artistique et de restauration de notre établissement. »
Georges Haddad, ancien élève promotion 1979, a, dans une très littéraire allocution de circonstance, comparé la personnalité de la fondatrice du CPF, Louise Wegmann, à celle de L'homme qui plantait des arbres, de Jean Giono. « Une personnalité dépouillée de tout égoïsme (...) et qui a laissé sur le monde des marques visibles. »
Christophe Bouchard a indiqué, pour sa part, que « le CPF est profondément attaché aux valeurs d'ouverture et de tolérance qui font partie intégrante de son identité, et aux valeurs éducatives que l'AEFE promeut à travers le monde », rappelant que le dispositif du réseau francophone au Liban est le plus grand au monde, « avec 41 établissements qui accueillent plus de 56 000 élèves ».
L'ambassadeur Emmanuel Bonne a conclu en affirmant que ce collège illustre l'histoire de l'amitié franco-libanaise. « Il y a dans ce beau projet que nous célébrons aujourd'hui un autre aspect très important de notre amitié franco-libanaise, de notre volonté de toujours la renouveler (...) et de faire la démonstration ici, au Liban, que nous autres Français avons le meilleur à offrir aux nouvelles générations, notamment en termes d'éducation et de culture. »
À signaler que le nouveau complexe, qui devrait être achevé dans 18 mois, comporte des équipements sportifs (piscine, gymnase, salles de sports et d'activités), mais aussi de nouveaux espaces d'enseignement intégrant les arts plastiques, l'audiovisuel et la musique. Sans oublier un espace de restauration moderne et des terrains de jeux alentour parmi les espaces verts qui ont toujours représenté un atout pour cet établissement. Le tout en respectant l'esprit de l'architecture d'origine conçue par l'architecte français Michel Écochard.


Il y a quelques mois, à l'occasion des 90 ans de la Présence protestante française au Liban (PPFL), un ensemble de travaux ont été lancés sur le campus du Collège protestant français (CPF), secteur Koraytem, à Beyrouth, sous le thème de « Tradition et modernité, 90 ans d'excellence ».Après une première phase de travaux, la cérémonie de la pose de la première pierre du nouveau...