X

Auto

Héritage et passion, le patrimoine automobile sera préservé

Exposition

Une exposition tenue en novembre dernier à Paris, organisée par la Fédération internationale des véhicules anciens pour son 50e anniversaire et parrainée par l'Unesco, a mis en lumière l'importance du legs de « la plus grande révolution du XXe siècle ».

Joe MEZHER | OLJ
30/01/2017

En fin d'année dernière, dans le cadre de la Semaine de Paris – le final étalé sur cinq jours (16-20 novembre) du World Motoring Heritage Year 2016 qui a couronné le cinquantenaire de la Fédération internationale des véhicules anciens (FIVA) –, une exposition, intitulée A Century of Mobile Heritage, a été organisée par la FIVA au siège de l'Unesco, à Paris. Le but étant, à travers une sélection élitiste de véhicules à deux et quatre roues de différentes époques, d'illustrer la part déterminante des voitures et des motocycles dans l'héritage de l'humanité. Ces véhicules historiques ont été choisis de manière privilégiée non seulement en raison de leur âge canonique (pour certains), leur influence et leur provenance de diverses contrées de la planète, mais aussi pour être remarquablement authentiques et préservés en excellent état d'origine, plutôt que d'avoir été restaurés ou remis à neuf.
Entre autres véhicules spectaculaires, deux et quatre roues confondus, l'exposition de la FIVA comptait à son inventaire : une Panhard et Levassor Type P2D de 1892 – qui serait, dit-on, la plus vieille voiture encore en circulation dans le monde – ; des voitures des années 1920 et 1930 (une Bugatti Type 35B de 1928, qui a remporté le tout premier Grand Prix de Monaco, une Delahaye 135 de 1937 carrossée par Chapron et une Packard Eight 1 602 de 1938, modèle unique carrossé par Franay) ; de même que des autos des années 1960 (une Alfa Romeo Giulietta SZ, une CD Peugeot et une Porsche 911 SWB). Dans la catégorie des motos, on pouvait admirer une Majestic et une MGC de 1930 ainsi que la très puissante BMW R75/5 flat-twin de 1969. Cette exposition était ouverte au public du 14 au 18 novembre dernier.
Le 17 novembre, une soirée événementielle (sur invitation seulement) a été organisée conjointement par la FIVA et l'Unesco, qui a accueilli plus de 500 personnes – incluant de nombreux ambassadeurs de l'Unesco dans le monde. Parmi les présents, on comptait le Libanais Rony Karam, ambassadeur à la FIVA pour le Moyen-Orient et mandaté par la fédération afin d'organiser, et de mettre en œuvre, le projet d'exposition, ainsi que son parrainage par l'Unesco. Dans cette tâche ardue, il a trouvé un soutien inconditionnel et un auxiliaire indéfectible en la personne de Khalil Karam (aucun lien de parenté), ambassadeur du Liban à l'Unesco.

Cathédrales gothiques
Au nombre des intervenants à cette soirée figuraient Khalil Karam, Laurent Stefanini, ambassadeur de France à l'Unesco, Francesco Bandarin, sous-directeur général de l'Unesco pour la Culture, ainsi que Patrick Rollet, président de la FIVA.
« Nous possédons un maître mot en commun, et ce mot est héritage, a déclaré Francesco Bandarin en ouverture. Ce mot signifie protection, restauration et conservation. » « L'autre mot que nous avons en commun et que l'on peut fortement ressentir ici, dans cette salle, c'est passion », a-t-il ajouté. Pour sa part, Khalil Karam a parfaitement résumé l'importance et l'influence historiques de l'industrie automobile : « Cette exhibition exceptionnelle de véhicules anciens témoigne de la plus grande révolution du XXe siècle – celle qui a été le mieux décrite par le philosophe français Roland Barthes, quand il estimait que l'automobile est l'exact équivalent des majestueuses cathédrales gothiques. »
Prenant la parole à son tour, Laurent Stefanini a insisté sur le fait que « la préservation de tout héritage est une priorité pour l'Unesco », remerciant la FIVA et ses collègues onusiens pour « avoir mis en lumière, par le biais de cet événement très spécial, l'importance de l'héritage automobile (...) ». En conclusion, Patrick Rollet a déclaré : « Le thème de cette exposition unique en son genre, A Century of Mobile Heritage, signifie la préservation du patrimoine automobile – ce qui inclut, entre autres, le respect de l'héritage tout autant que l'authenticité (...). Cela est la mission conjointe que se sont fixée l'Unesco et la FIVA, quoique cette dernière se focalise, naturellement, sur le seul héritage automobile. »
Au lendemain de la soirée, le secrétaire général des Nation unies à l'époque, Ban Ki-moon, auquel a succédé depuis Antonio Guterres, a visité le siège de l'Unesco ainsi que l'exposition de la Fédération internationale des véhicules anciens. À cette occasion, la FIVA – fondée en 1966 – lui a offert son Livre du 50e anniversaire. Un cadeau remis par l'ambassadeur libanais Khalil Karam, très impliqué dans la préservation du patrimoine automobile mondial.

À la une

Retour à la page "Auto"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué