Dernières Infos

L'opposition au Venezuela en appelle à l'armée

Reuters
05/01/2017

L'opposition au Venezuela a repris, avec la nouvelle année, son offensive pour contraindre le président Nicolas Maduro, qu'elle accuse de tendances dictatoriales, à quitter le pouvoir.

L'occasion lui en a été fournie jeudi avec la prise de fonction du nouveau président du Congrès, assemblée que l'opposition contrôle depuis la fin 2015.

Julio Borges, 47 ans, a dans son discours d'investiture vivement critiqué le gouvernement et accusé le président Maduro d'"abandon" de ses responsabilités.

Le Venezuela traverse une grave crise économique, avec une inflation à trois chiffres et des pénuries de biens de première nécessite. Les manifestations contre le gouvernement sont fréquentes, amenant Nicolas Maduro à se dire victime d'une "guerre économique".

"Nous avons les plus grandes réserves en hydrocarbures au monde et les gens en sont pourtant réduits à se nourrir en faisant les poubelles", a déclaré Julio Borges.

"Les personnes âgées s'évanouissent dans les files d'attente pour obtenir de la nourriture, des médicaments. C'est comme si nous étions victimes d'une malédiction", a-t-il ajouté.

"Que faire alors face à un gouvernement passé de l'autoritarisme à la dictature ? (...) Lutter, sans crainte, et partout, pour préserver la Constitution, le Venezuela et le droit de vote", a-t-il encore dit.

L'opposition a échoué l'an dernier à obtenir un référendum de révocation du président Maduro, qui est au pouvoir depuis avril 2013 et la mort de Hugo Chavez. Son mandat s'achève normalement dans deux ans, en janvier 2019.

On ignore concrètement quelle mesures elle entend prendre cette année pour changer la donne politique.

En attendant, Julio Borges a lancé un appel à l'armée, un des piliers du "chavisme", le défunt président en étant lui-même issu.

"Ne pas vouloir regarder la tyrannie en face est un déni face à l'Histoire et va contre votre raison-d'être", a-t-il dit à l'adresse des militaires. "Voulez-vous être les fiers héritiers de l'armée de libération de Simon Bolivar, ou qu'on se souvienne de vous comme seulement les gardiens de Nicolas Maduro ?"

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué