X

Moyen Orient et Monde

L’EI menace les adeptes du soufisme en Égypte

Terrorisme
OLJ
10/12/2016

Le groupe jihadiste État islamique a menacé les Égyptiens musulmans adeptes du soufisme après avoir affirmé avoir décapité deux de leurs religieux dans la péninsule du Sinaï. Le mois dernier, la branche locale de l'EI avait diffusé des photos d'un bourreau armé d'un sabre décapitant deux hommes âgés qu'elle accusait d'actes de « divination » interdits par l'islam selon les jihadistes. Des proches ont identifié l'une des deux victimes comme Souleiman Abou Heraz, un cheikh soufi qui avait plus de 90 ans, et le second comme l'un de ses disciples. Leurs corps n'ont pas été retrouvés.
Dans un bulletin de propagande hebdomadaire de l'EI, al-Nabaa, publié jeudi, un activiste identifié comme le chef de la « police de la moralité » de l'EI dans le Sinaï exhorte les soufis à renoncer à leurs croyances. Il indique qu'Abou Heraz et l'autre religieux, Qatifan Breik Eid Mansour, ont été exécutés pour avoir « professé la connaissance de l'occulte ». « Nous disons à toutes les confréries soufies, aux cheikhs et à leurs partisans (...) que nous n'autoriserons pas la présence des ordres soufis dans le Sinaï et en Égypte » en général, a dit l'homme, cité par le journal, ajoutant que ces personnes devaient se repentir. L'information de l'exécution d'Abou Heraz a provoqué la condamnation de religieux musulmans en Égypte et à l'étranger. La plus haute institution de l'islam sunnite en Égypte, al-Azhar, a qualifié cette exécution de « crime horrible ».
L'EI suit l'école de pensée du salafisme, qui observe une lecture rigoriste de l'islam comme en Arabie saoudite, et considère les pratiques soufies comme « hérétiques ». Les salafistes accusent les soufis de polythéisme – le plus grand des péchés dans l'islam –, car ils cherchent l'intercession des saints et visitent leurs tombeaux. Les jihadistes ont fait exploser des mausolées soufis à travers le monde musulman, de l'Afghanistan au Mali.
De nombreux musulmans en Égypte et dans le reste du monde considèrent les soufis comme faisant partie du principal courant musulman. Le chef d'al-Azhar, Ahmad el-Tayeb, est un adepte du soufisme, comme de nombreux religieux sunnites au fil des siècles.

(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants