X

Moyen Orient et Monde

« L’attentat de Bagdad doit être compris comme une campagne de représailles antichiite »

Entretien

L'attaque perpétrée dimanche par l'État islamique (EI) dans le quartier commerçant de Karrada a fait plus de deux cent morts et a renforcé la colère des Irakiens à l'encontre de leur gouvernement. Pour « L'Orient-Le-Jour », Myriam Benraad, chercheuse à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Iremam) et auteure de plusieurs ouvrages sur l'Irak*, analyse les causes et les possibles conséquences de l'attentat au niveau politique.

05/07/2016

Dans quel contexte intervient l'attentat perpétré dimanche par l'EI ?
Cet attentat est le plus meurtrier de ces 13 dernières années et il intervient dans un triple contexte. Premièrement, il fait suite à une série d'attentats perpétrés ces derniers jours par l'EI, qui renvoie à la déclaration du porte-parole de l'organisation, Abou Mohammad al-Adnani, qui avait promis un mois de ramadan sanglant. De ce point de vue-là, l'EI a tragiquement tenu sa promesse.
Deuxièmement, il fait suite à la reprise de Fallouja, opérée par l'armée, les forces spéciales mais aussi les Forces de mobilisation populaire (FDS) et d'autres milices affiliées à l'Iran. La reprise de la ville a donné lieu à des exactions contres les sunnites de la part des milices et à la mise en avant de slogans sectaires. L'attentat de dimanche doit donc être compris comme une campagne de représailles, de violence antichiite, qui répond à la loi du talion.
Troisièmement, l'attentat met en exergue l'incapacité du Premier ministre Haider el-Abadi à assurer la sécurité de la population.

 

(Lire aussi : Quelles sont désormais les prochaines batailles contre l’EI ?)

 

Aux yeux de la population, Haider el-Abadi est donc tenu responsable de cet attentat...
Son convoi s'est fait caillaisser lorsqu'il s'est rendu sur le lieu de l'attentat. Il n'est plus légitime aux yeux de la population. Les Irakiens en ont ras le bol et veulent un changement au-delà de la lutte contre l'EI. Malgré ses promesses, M. Abadi a échoué dans sa volonté de réforme, dans sa lutte contre le chômage et la corruption. Il y a une réelle demande d'un pouvoir civil, notamment chez les jeunes générations qui sont confrontées au confessionnalisme et à la guerre civile depuis 13 ans.

Ce désir de changement est-il aussi perceptible au sein de la communauté chiite ?
La communauté chiite s'est unie dans l'adversité, mais elle est très diverse. Une partie de la communauté rejette M. Abadi et rejette le parti Da'wa. Mais une autre partie, fidèles au parti, réclame un retour à une pratique plus dure du pouvoir. Ce sont notamment les nostalgiques de Maliki.

 

(Lire aussi : Quel avenir pour Fallouja, libérée après un mois de combats ?)

 

Malgré les pertes de territoire enregistrées par l'EI, on a l'impression que la situation est pire qu'en 2014...
C'est un cercle vicieux. La guerre, la corruption, la répression, l'absence de justice, le poids des milices chiites sont à la base de la militarisation de la contestation sunnite et de l'expansion de l'EI. Or aujourd'hui, aucun de ces problèmes n'a été réglé. À titre d'exemple, l'armée irakienne n'est toujours pas apte à mener des opérations seules et la police est infiltrée par les mouvements miliciens.

Et l'Iran ne contribue pas à améliorer la situation...
L'Iran est le grand gagnant de la guerre d'Irak et de la chute de Saddam Hussein. Aujourd'hui, l'Iran fait obstacle à la construction d'une unité nationale et ne participe pas à la pacification des relations sunnito-chiites. Les Iraniens ont bridé M. Abadi et ont favorisé la montée en puissance des milices qui concurrencent et décrédibilisent les institutions étatiques.

Et les Américains laissent faire ?
Les Américains ont acté le rôle prépondérant de l'Iran en Syrie et en Irak mais ils refusent de coordonner leurs actions avec les Iraniens. Par exemple, ils n'interfèrent pas dans tout ce qui concerne les milices.

*Irak, la revanche de l'histoire : de l'occupation étrangère à l'État islamique, aux éditions Vendémiaire, 2015 et Irak, de Babylone à l'État islamique : idées reçues sur une nation complexe, aux éditions Le Cavalier bleu, 2015.

 

Lire aussi
Les exactions des Hachd al-Chaabi poussent-elles les sunnites dans les bras de l’EI ?

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE DANS MA REACTION : UNE HISTOIRE D,HUMANOIDES ETC... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVANT TOUT UNE HISTOIRE D,HOMONOIDES... ENSUITE DE TARES... ET PUIS... REACTIONS AUX ACTIONS...

LA TABLE RONDE

Un sujet un peu court, aussi bien dans sa conception que dans ses analyses empiriques.

Les sunnites du temps de Saddam ont été balayés par bush l'idiot sans avoir demandé l'avis des chiites , et du temps de saddam la vie d'un chiite ne valait pas plus qu'une corde pour le pendre .

Voilà pour les cause que Myriam de l'iremam ne souligne pas, et les conséquences seront l'éradication des bactéries wahabites , que cela plaise à l'Amerique ou à Israël ou pas .

M.V.

Pourquoi focaliser sur un attentant et l'Irak ....sans être membre , d'un quelconque institut de recherches....cet attentant n'est qu'un milliers épisodes de la guerre ..qui alimente le schisme chiito/sunnite ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué