X

Liban

Nasrallah : Les solutions « au cas par cas » ne servent plus à rien

Discours

« Arrêtons de perdre du temps », lance le secrétaire général du Hezbollah, qui écarte l'éventualité d'une nouvelle offensive militaire israélienne.

OLJ
12/11/2015

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé hier à un règlement politique global de la crise qui sévit depuis plusieurs mois au Liban, estimant que les solutions « au cas par cas » ne servent plus rien. Il a dans ce contexte confirmé la présence de son bloc parlementaire à la séance législative convoquée par le président du Parlement, Nabih Berry, pour ce jeudi et demain vendredi, appelant tous les protagonistes à faire de même « dans l'intérêt du pays ».
Le chef du parti chiite s'exprimait dans un discours retransmis en direct, dans le cadre d'une cérémonie organisée dans la banlieue sud de Beyrouth, à l'occasion de la Journée du martyr.
Hassan Nasrallah a dénoncé la situation politique et « les responsables qui n'assument pas leurs responsabilités et qui se lancent des accusations », estimant que non seulement l'État mais même la société libanaise est de plus en plus fragilisée.
« Toute partie approche tout dossier comme elle l'entend. Il y va de même pour la lecture de la Constitution », a-t-il lancé, dans une claire allusion à la polémique sur la séance consacrée à la législation de nécessité. « Il existe différents points de vue concernant cette séance, et nous les respectons tous, a indiqué le leader chiite. Mais qui est la référence censée trancher ce débat ? »
Les trois principales composantes chrétiennes du pays, le Courant patriotique libre, les Forces libanaises et les Kataëb s'opposaient à la tenue de la séance qui, selon les milieux de Aïn el-Tiné, est commandée par l'urgence de voter des lois financières devenues pressantes si l'on veut éviter au pays une calamité économique et financière contre laquelle la communauté internationale n'a cessé de mettre en garde.
Tout en reconnaissant l'impératif financier derrière ce type de législation, les pôles chrétiens refusaient de participer à moins de voir placée à l'ordre du jour la discussion autour de la loi électorale. Les FL et le CPL demandaient que soit également débattu par la même occasion le projet de loi autour de la récupération par les membres de la communauté libanaise résidant à l'étranger de la nationalité, en prenant en compte les conditions préalablement définies par ces deux formations.
Hier, et après plusieurs jours de tensions et de débats houleux, un accord a pu finalement être dégagé, ce qui a poussé le Courant patriotique libre de Michel Aoun et les Forces libanaises, les deux plus importants partis chrétiens, à se préparer à prendre part à la réunion.

L'intérêt national a prévalu
Hassan Nasrallah a d'ailleurs estimé dans son discours qu'« il est dans l'intérêt du pays » que tous les blocs parlementaires participent à cette séance. Il a dans ce contexte salué la décision du chef du bloc du Changement et de la Réforme, son allié, Michel Aoun, de finalement faire acte de présence. « Cela veut dire que nous sommes parvenus à faire primer l'intérêt national », a-t-il estimé.
Le chef du parti chiite a dans ce contexte appelé à un règlement politique global qui inclut la présidence de la République, le prochain gouvernement, la loi électorale et tous les autres dossiers en suspens. « Arrêtons de perdre notre temps, a-t-il lancé. La résolution des problèmes "au cas par cas" ne sert plus à rien, nous sommes tous responsables ».
Dénonçant l'échec du gouvernement et des municipalités à résoudre la crise des déchets qui sévit depuis plus de trois mois au Liban, Hassan Nasrallah a rappelé que beaucoup de dossiers ne sont toujours pas réglés, notamment les militaires otages des jihadistes, le chômage et la crise de l'émigration.

« Guerre médiatique »
Par ailleurs, le leader chiite a salué « les martyrs de la résistance et de l'armée libanaise qui, grâce à leurs sacrifices, ont mis le Liban à l'écart du danger ». « Notre responsabilité est de préserver l'arsenal de la résistance afin de libérer les territoires toujours occupés et de faire face à toute agression », a-t-il lancé.
Il a dénoncé ce qu'il a qualifié de « guerre médiatique » contre la résistance dans le but de minimiser ses exploits et porter atteinte à son essence. « Porter des armes en perdant notre âme, notre dignité et notre volonté ne sert à rien et c'est ce à quoi nous devons faire face », a-t-il insisté.
Le chef du Hezbollah a écarté l'éventualité d'une nouvelle offensive militaire israélienne contre le Liban. « Ils se contenteront de la guerre médiatique, des mensonges, des fausses accusations, des pressions économiques, du blocus, comme ils le font depuis des années, a-t-il estimé. Mais nous appelons certains Libanais à ne pas être les partenaires du (Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu et (du président des États-Unis) Barack Obama dans leur projet visant à frapper la résistance. »
Évoquant brièvement le dossier syrien, le chef du parti chiite a salué l'exploit de l'armée syrienne qui a brisé mardi un siège de plus de deux ans sur l'aéroport militaire de Kweires, près d'Alep. Cet aéroport, à l'est d'Alep, avait été assiégé à partir d'avril 2013 par une coalition de rebelles. Après une guerre fratricide entre jihadistes et groupes rebelles en janvier 2014, c'est le groupe État islamique qui a encerclé l'aéroport. « Il s'agit d'une victoire qui a une très grande signification et d'un message aux États-Unis et à leurs alliés », a estimé le chef du parti chiite dont les miliciens combattent aux côtés du régime de Bachar el-Assad. Il a dans ce contexte réitéré son appel à une solution politique et non militaire à la crise syrienne.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ziad Gabriel Habib

restons optimistes...

Bery tus

De rêves en rêves !!! Jamais le Liban ne sera en total orbite iranien tant qu'il aura des FL ET DES KATAEB VIVANT SUR SON SOL !!

Amère Ri(s)que et péril.

Il est au taquet quand les autres se demandent encore quand est ce qu'israel va frapper .. lol..

les usurpateurs ont depuis longtemps avale le morceau , et savent que declencher une attaque contre le hezb leur couterait plus cher que de se cantonner a ce quils piquent aux palestiniens .

Il a raison de dire que les usurpateurs vivent leurs guerres que dans les medias , propagande et mauvaise foi , comme les us qui ne gagnent leurs guerres qu'a Hollywood .

C'est pour cela que je dis , concenant l'offensive des kurdes sur sinjar en ce moment , leur victoire ne sera que pour eux , ils se seront saignes pour l'obtenir , ca ne sera pas pour l'offrir aux turcs ni aux syriens, ni aux mongols ni a personne d'autres qu'eux memes .

Le hezb resistant aura la meme pretention au Liban
et faut pas se leurrer , celui qui sortira vainqueur prendra tout pour lui .
Je prefere que cela soit la resistance plutot que les bacteries et leurs sponsors .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON SUPPOSE QUE LA LOGIQUE VOUS A VISITÉ... APRÈS LES AYATOLLAHS... MAIS DONNEZ-NOUS LES GRANDES LIGNES DES SOLUTIONS QUE VOUS SUGGÉREZ... VOYONS LEUR LOGIQUE !

George Khoury

Mais a quoi ca sert d'avoir un accord avec le hezbollah?
- parti religieux qui pense que le religieux (plutot son interpretation du religieux) passe avant tout
- parti millenariste
- parti arme

Son secretaire general avait dit: faisont des elections et que celui qui gagne prenne le pouvoir...on connait la suite

Pire, ils ont appose leur signature sur la declaration de baabda. Et quand ca ne leur plaisait plus, ils ont eu cette phrase qui en dit long sur ce qu'ils pensent des accords: "trempez la et buvez son eau, elle ne vaut pas l'encre avec laquelle elle a ete ecrite"

Un jour quelqu'un viendra leur dire: trempez votre chartre et buvez la, elle ne vaut pas l'eau avec laquelle elle a ete ecrite. Bon c'est un reve, mais qui aurait dit que la syrie vivra cela il y a 5 ans???

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Uuuuuuuuuuft ! Encore lui ? Lourdingue à la fin !

Yves Prevost

"Cessons de perdre du temps" et élisons un président de la République!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants