Culture

Valérie Toranian, l’« étrangère » héroïne

Prix littéraire
OLJ
02/07/2015

La romancière Valérie Toranian, ex-directrice du magazine Elle, a reçu le Grand Prix de l'héroïne, qui récompense des ouvrages qui ont pour héroïnes des femmes exceptionnelles. Ce prix a été décerné par Madame Figaro pour son roman L'Étrangère (Flammarion) où elle reconstitue le calvaire de sa grand-mère rescapée du génocide arménien.
Dans la catégorie biographie/document, le prix a été attribué à Alysia Abbot pour Fairyland (éditions Globe), et le prix du roman étranger a été décerné à Angelika Klüssendorf pour La fille sans nom (Presses de la Cité). Le jury, présidé par Patrick Poivre d'Arvor, a décidé de remettre en outre un prix spécial à Marceline Loridan Ivens pour son livre bouleversant Et tu n'es pas revenu (Grasset), longue lettre adressée par cette rescapée des camps à son père assassiné à Auschwitz.
Valérie Toranian, qui dirige aujourd'hui La Revue des deux mondes, a utilisé les souvenirs de sa grand-mère, Aravni, dite Nanni, pour écrire son premier roman.
L'Étrangère est un récit à la fois atroce et poignant, racontant le calvaire des Arméniens et notamment des femmes dont certaines, épuisées, furent obligées d'abandonner leurs jeunes enfants près d'un point d'eau lors de marches forcées dans des contrées désertiques. Ces femmes, se souvient la grand-mère de l'auteur, espéraient qu'une âme charitable prît soin de leur enfant. En fait, la nuit venue, ce fut le hurlement des bêtes sauvages et les cris des enfants qu'elles entendirent. Heureusement, le récit de cette tragédie est également l'occasion d'évoquer les tendres et gais souvenirs d'enfance de l'auteur avec sa grand-mère « étrangère ».
La fille sans nom évoque dans un style dépouillé à l'extrême et presque froid les errances d'une fillette d'une dizaine d'années, brimée et livrée à elle-même, dans l'ex-RDA. Le livre a reçu de nombreux prix littéraires en Allemagne.
Dans Fairyland, Alysia Abbott raconte son enfance à San Francisco avec son père, l'écrivain et militant homosexuel, Steve Abbott, dans le milieu des années 70, alors que le sida commence à faire des ravages.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants