Dernières Infos

Turquie: le retour de réfugiés vers la ville syrienne de Tall Abyad suspendu

AFP
18/06/2015

La frontière entre la Turquie et la Syrie a été fermée jeudi aux réfugiés qui veulent rentrer dans la ville syrienne de Tall Abyad, occupée par les forces kurdes qui en ont chassé les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), a constaté une journaliste de l'AFP.

Interrogé par l'AFP, un officiel turc a affirmé que le poste-frontière d'Akçakale (sud) avait été fermé parce que les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes, qui contrôlent son versant syrien, ont décidé de suspendre tout passage jusqu'à lundi.
Un porte-parole des forces kurdes a toutefois démenti cette explication, affirmant que le blocage relevait d'une décision des autorités turques.

Mercredi, environ un millier de personnes qui s'étaient réfugiées en Turquie pour échapper à la bataille de Tall Abyad ont pu passer la frontière pour regagner Tall Abyad, a-t-on appris de source officielle turque.
Ces combats ont provoqué l'exode sur le sol turc d'environ 23.000 personnes depuis le début du mois de juin, selon Ankara.

Jeudi, quelque 200 personnes étaient bloquées devant le poste-frontière.
"Nous sommes venus aujourd'hui avec l'espoir de rentrer à Tall Abyad. Nous attendons depuis 7H00 ce matin mais ils ne nous laissent pas passer", a regretté l'une d'entre elles, Emine. "S'ils ont un peu de pitié, qu'ils nous laissent passer", a ajouté cette femme de 60 ans, "c'est le Ramadan pour l'amour de Dieu !"

Le porte parole du commandement général des YPG, Redur Khalil, a rendu la Turquie responsable de la situation. "De notre côté, le poste frontière est ouvert. Depuis que Daech (le groupe EI) s'est retiré de la ville, ce sont les Turcs qui ont fermé le poste frontière", a-t-il assuré à l'AFP.
Ce responsable a également affirmé que des habitants de Tall Abyad continuaient à revenir chez eux par des "chemins non officiels".

Les autorités turques se sont inquiétées de la victoire des Kurdes à Tall Abyad, les accusant même d'y mener une campagne de "nettoyage ethnique", aussitôt démentie par des responsables kurdes syriens. Elles reprochent aux YPG d'être proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène la rébellion sur son sol depuis 1984.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué