X

Moyen Orient et Monde

Dans son premier procès, Morsi échappe à la peine de mort

Égypte

L'ex-président encourt la peine capitale dans trois des quatre autres procès qui lui sont intentés.

OLJ
22/04/2015

L'ex-président islamiste égyptien Mohammad Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a été condamné hier à 20 ans de prison mais a échappé, dans un premier procès, à la peine de mort que beaucoup prédisaient à l'aune de l'implacable répression visant son mouvement.
Avec 12 coaccusés, essentiellement des responsables de sa confrérie des Frères musulmans et de son gouvernement d'alors, il a été reconnu coupable d'avoir « usé de la violence, fait arrêter et torturer des manifestants » en marge d'un rassemblement le 5 décembre 2012 devant un palais présidentiel du Caire. Deux autres accusés ont écopé de 10 ans de prison. Mais les 15 ont tous été acquittés des chefs d'incitation au meurtre d'un journaliste et de deux manifestants lors de la dispersion de ce rassemblement, qui avait fait au moins dix morts, dont des pro-Morsi.
Les avocats de la plupart des accusés ont annoncé qu'ils feraient appel, précisant que, pour le cas de M. Morsi, ils lui demanderaient d'abord son avis. En effet, l'ex-président destitué et arrêté par l'armée le 3 juillet a toujours refusé de prendre un avocat et, se proclamant « seul président de l'Égypte » durant toutes les audiences, il a récusé la légitimité de ses juges. Dans son uniforme blanc de détenu dans un box grillagé doublé d'une vitre le rendant inaudible, M. Morsi s'est levé et a levé les deux poings à l'énoncé du verdict, a rapporté un journaliste de l'AFP dans la salle du tribunal au cœur de l'académie de police du Caire. Les autres accusés étaient dans un autre box grillagé et insonorisé.
Mais l'ex-président encourt la peine de mort dans trois des quatre autres procès qui lui sont intentés, dont un pour « espionnage » et un autre pour évasion de prison. Le verdict dans ces deux affaires est attendu le 16 mai.

« Parodie de justice »
L'acquittement des chefs d'incitation au meurtre « est une surprise, nous ne nous y attendions pas, nous pensions qu'ils seraient condamnés » au moins à la prison à vie, a déclaré à l'AFP à la sortie du tribunal Ramy Ghanem, un avocat des familles des victimes. Experts et défenseurs des droits de l'homme, estimant que la justice est « instrumentalisée » par le pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée tombeur de M. Morsi, s'attendaient à des peines capitales ou de prison à vie.
L'organisation des droits de l'homme Amnesty International a dénoncé une « parodie de justice », estimant que le verdict « faisait voler en éclats toute illusion concernant l'indépendance et l'impartialité de la justice pénale en Égypte ». De leur côté, les Frères musulmans ont dénoncé dans un communiqué « les verdicts nuls d'un pouvoir illégitime qui veut imposer sa tyrannie ».

Répression implacable
Depuis la destitution de M. Morsi, policiers et soldats du nouveau pouvoir ont tué plus de 1 400 manifestants et emprisonné plus de 15 000 pro-Morsi. Des centaines, dont le guide suprême des Frères musulmans Mohammad Badie et d'autres dirigeants, ont été condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes et qualifiés par l'Onu de « sans précédent dans l'histoire récente » du monde.
Le régime de M. Sissi, qui jouit d'une popularité indéniable auprès d'une opinion lassée par l'instabilité politique, est considéré par les organisations internationales de défense des droits de l'homme comme bien plus répressif que celui de Hosni Moubarak. M. Sissi a été élu président en mai 2014, haut la main, après avoir éliminé de la scène politique toute opposition, islamiste mais aussi libérale et laïque. La relative clémence du verdict d'hier a donc surpris bon nombre d'observateurs et pourrait être interprétée comme une volonté de M. Sissi de détendre l'atmosphère sur la scène politique.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement peut-il mener à bien sa mission ? Deux lectures opposées

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants