Dernières Infos

Syrie: l'armée avance pour couper la route reliant Alep à la Turquie

AFP
17/02/2015

Les forces gouvernementales syriennes ont avancé mardi au nord de la ville septentrionale d'Alep avec l'objectif de couper la route d'approvisionnement des rebelles avec la Turquie voisine, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon cette organisation, elles ont pris les localités de Bashkawi et Sefat (7 km environ au nord d'Alep) et les combats se poursuivent pour bloquer entièrement cette route d'approvisionnement, ce qui entraînera un siège hermétique de la partie rebelle de la ville.

Les affrontements ont déjà entraîné une coupure du trafic sur la route qui passe par Tal Rifat jusqu'à la frontière. L'OSDH ajoute que des combats se poursuivent entre les forces gouvernementales et les rebelles plus au nord-ouest dans les localités de Ratyane et de Hardtanine.

En outre, les forces du régime bombardent la localité de Hayane située sur la route menant à deux villages chiites pro-gouvernementaux encerclés par les rebelles depuis plus de 18 mois.  "Les troupes du régime ont deux objectifs dans la région: couper la route reliant Alep à la frontière turque, qui est la voie principale d'approvisionnement des rebelles et ouvrir la voie vers Naboul et Zahra", a expliqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Ancien cœur industriel de la Syrie, Alep est coupé en deux depuis juillet 2012: les rebelles se trouvent à l'est et le régime à l'ouest d'une ligne de démarcation qui balafre la ville du nord au sud. Dans la province d'Alep, c'est l'inverse: les forces du régime sont plus présentes à l'est tandis que leurs adversaires sont présents partout ailleurs. Le quotidien proche du pouvoir Al-Watan ainsi que l'OSDH avaient fait état lundi d'envoi d'importants renforts du côté régime pour lancer l'offensive.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué