Dernières Infos

Abou Dhabi affirme "améliorer" la situation des droits de l'Homme

AFP
19/11/2014

Les Emirats arabes unis ont dit mercredi œuvrer "continuellement à l'amélioration des droits de l'Homme", dans une réaction à un rapport d'Amnesty International dénonçant un Etat "profondément répressif".

Le ministère des Affaires étrangères à Abou Dhabi a qualifié ce rapport de "partial" et d'"inexact". Il a expliqué que les dizaines d'arrestations signalées par l'ONG basée à Londres étaient "le résultat d'enquêtes approfondies sur des personnes accusées d'appartenir, non pas à une association pacifique, mais à une organisation affiliée aux Frères musulmans, dont l'objectif est de chercher à renverser le gouvernement" des Emirats.

Des dizaines d'islamistes, accusés de complot, ont été condamnés à des peines de prison depuis juillet 2013 aux Emirats. "Aucun Etat ne peut rester les bras croisés face à une telle menace contre son intégrité nationale", indique la déclaration officielle émiratie.

Selon Amnesty, plus de 100 militants et personnes opposées au gouvernement ont été poursuivis ou emprisonnés pour des affaires à caractère politique. Plus de 60 d'entre eux continuent à croupir dans des geôles émiraties, après avoir été condamnés à des peines allant jusqu'à 14 ans de prison. L'organisation a dénoncé des "cas de torture".

Selon Abou Dhabi, des représentants de l'Association des droits de l'Homme des Emirats "ont rendu régulièrement visite aux accusés et n'ont trouvé aucune preuve d'un quelconque mauvais traitement". "Face à la menace posée par des organisations extrémistes" dans la région, les Emirats cherchent à projeter "une vision alternative de société stable, pacifique, modérée et moderne qui offre une vie meilleure à des millions de personnes par la promotion de la croissance économique".

Le gouvernement émirati poursuivra néanmoins "son travail pour renforcer la protection des droits de l'Homme", conclut la déclaration. Dans son rapport publié mardi dernier à quelques jours du Grand Prix de Formule 1 d'Abou Dhabi, Amnesty a évoqué un "climat de peur" qui s'est emparé du pays depuis 2011 lorsque les Emirats se sont mis à réprimer toute forme de dissidence et de critique.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué