X

Culture

Lumière sur le passé avec Gérard Avédissian

Exposition

« L'ombre des ancêtres » n'est pas une série d'œuvres sérieuses ni graves, mais une affirmation colorée d'une existence joyeuse et fière, signée Gérard Avédissian. L'accrochage se déroule à la galerie Hamazkayin jusqu'au 30 septembre.

16/09/2014

Pour sa seconde exposition sur le thème des ancêtres, Gérard Avédissian, homme de théâtre, publicitaire et peintre, approfondit le travail et le développe en peignant non plus des portraits, mais des personnages en situation. De la brodeuse au combattant, en passant par les musiciens ou les vendeurs de fruits, ce sont autant de caractères brossés qui évoquent la gloire du passé. Ce passé, quoique tragique, est rehaussé par la touche colorée et optimiste du peintre. Comme s'il affirmait à travers ses personnages que « ce peuple, malgré tout, continue d'exister ».
S'inspirant des miniatures arméniennes du XIIIe et du XIVe siècle (authentiques et dénuées d'influence byzantine), Avédissian met en scène des hommes et des femmes orgueilleux et fiers. « L'ombre de nos ancêtres nous accompagne de génération en génération, dit-il dans son catalogue... Comme des
anges gardiens. »
Heureux ceux qui se souviennent de leur histoire, qui la respectent et la glorifient, avons-nous envie de dire en voyant cette série d'acryliques aux couleurs fortes et gaies, qui racontent des histoires tout en évoquant le passé et le reliant au futur. Sur un fond de tentures, de taffetas ou de tapisseries, les personnages ne fixent pas le visiteur, mais regardent de biais, par pudeur. Ils témoignent cependant avec fierté de leur vécu et semblent être des passeurs de mémoire.
Les étoffes et les riches passementeries, les ornements de tout genre (perles, strass et falbala) glanés par-ci par-là au fil des voyages ou des balades rehaussent les toiles. Parallèlement, ce sont les symboles comme les paons, ces oiseaux de bon augure, qui festonnent la toile. Avec fougue et passion, vivacité et adresse, l'artiste se fait couturier, brodeur, et parvient, par un minutieux choix de matériel et par une composition étudiée, à « revêtir » le passé et à l'embellir.
Comment procède-t-il? Peint-il ou habille-t-il d'abord ses personnages ? La réponse fuse rapide. « Il n'y a pas de règle préétablie. Seuls les tissus et les parures sont préparés d'avance. Ainsi que les croquis inspirés des miniatures, mais c'est au fur et à mesure que je travaille que la composition prend place et dicte le geste suivant. Comme je peins souvent la nuit, il m'arrive ainsi d'arracher au petit matin les vêtements ajoutés s'ils ne me plaisent pas. » C'est donc l'intuition, ce feeling rapide et intérieur, qui guide la manière de faire à Gérard Avédissian.
Des œuvres lumineuses issues du passé, mais qui semblent bien éclairer l'avenir.

*Hamazkayin Lucy Tutunjian Art Gallery. Ouvert de 9h30 à 19h30. Tél : 01-241262.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants