Liban

Seul le Vatican s’intéresse à l’élection présidentielle...

Éclairage
06/05/2014

C'est sans grande conviction que les différentes parties politiques continuent de parler de la présidentielle. La plupart d'entre elles sont de plus en plus convaincues que le scénario le plus probable est la vacance à la tête de l'État pour quelques mois, le temps que la situation dans la région se précise un peu plus. Pour justifier cette thèse, les politiciens expliquent que déjà, bien avant la crise syrienne, le Liban était dépendant de la situation régionale. Il l'est à plus forte raison maintenant où l'ensemble de la région traverse une période de turbulences doublée d'élections en Irak, en Égypte et en Syrie. Pour moins que cela, le Liban n'aurait pas été en mesure d'assurer ses rendez-vous constitutionnels, que serait-ce aujourd'hui où la situation est particulièrement confuse et où aucun des deux principaux camps rivaux n'est prêt à faire des concessions, parce qu'il croit que les développements régionaux vont évoluer en sa faveur ?


Selon un politicien chevronné, en dépit de cette incertitude dans l'évolution de la situation régionale, les Libanais auraient pu élire un nouveau président dans les délais constitutionnels si la communauté internationale pressait dans ce sens. Or, il faut malheureusement le reconnaître, l'élection présidentielle libanaise n'est pas une priorité ni pour l'Occident ni pour ses rivaux, anciens ou nouveaux. La communauté internationale se sent en quelque sorte la conscience tranquille après avoir facilité et encouragé la formation d'un nouveau gouvernement rassembleur, qui maintient autant que possible le calme et la stabilité dans le pays. Mais son intérêt pour le Liban ne va pas au-delà du gouvernement pour l'instant. Le seul État qui se démène et qui estime que l'élection d'un nouveau président pour le Liban est importante est le Vatican qui est convaincu qu'il ne faut pas laisser vacante la seule présidence chrétienne de la région. Il a donc donné des instructions très précises au patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, dans ce sens, mais en dépit de tous ses efforts et de ses déplacements inhabituels pour une personnalité de si haut rang, ce dernier n'a pas pu convaincre les parties concernées d'élire un nouveau président avant le 25 mai. Mgr Raï s'est ainsi rendu à Aïn el-Tiné, brisant le fameux adage qui dit : « Bkerké reçoit des visites mais ne va pas chez les autres. » Il l'a fait, d'une part, pour remercier le président de la Chambre d'avoir tenu sa promesse et convoqué les députés à une séance destinée à l'élection présidentielle, et, d'autre part, pour lui demander de poursuivre ses efforts pour que la séance aboutisse à un résultat concret. Il s'est aussi envolé pour Paris où il a rencontré le chef du courant du Futur, Saad Hariri, pour le sonder sur la question. Mais il n'a visiblement pas réussi à obtenir des résultats.


Chaque partie continue de camper sur ses positions, même si tout le monde est au fond convaincu que seul un candidat sur lequel toutes les parties seraient d'accord a des chances de devenir président. C'est dans cette optique que les milieux politiques affirment que le chef des Forces libanaises Samir Geagea n'a aucune chance d'être élu. C'est aussi dans cette même optique que Michel Aoun a effectué une ouverture claire en direction du chef du courant du Futur. Le général Aoun avait prévu que la tendance serait à un candidat accepté par la plupart des parties locales et il a donc tendu la main à Saad Hariri bien avant que l'échéance présidentielle ne devienne le sujet du jour, et ce par le biais de la fameuse rencontre de Rome. Mais bien que Aoun s'y soit pris assez tôt, il ne semble pas que le chef du courant du Futur ait pris sa décision ou considère que la confiance perdue au cours des dernières années peut être rétablie en quelques mois. Il est d'ailleurs intéressant de noter, dans ce cadre, les versions différentes parues dans la presse de la dernière rencontre à Paris entre le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil et Saad Hariri. Les médias du 14 Mars ont immédiatement reflété un climat négatif, ceux du CPL étaient positifs, alors que les médias du courant du Futur sont restés pratiquement silencieux. Certains ont même été jusqu'à dire que Saad Hariri aurait demandé à Michel Aoun de prendre position contre les armes du Hezbollah s'il souhaite obtenir son appui pour la présidence.


D'autres encore ont parlé de divergences profondes, alors que le député Ahmad Fatfat a déclaré que Michel Aoun pourrait être le candidat du courant du Futur s'il adoptait les principes du 14 Mars. Cette phrase sibylline a été interprétée par les uns comme une fin de non-recevoir et par les autres comme un changement dans l'attitude du Futur qui envisage désormais la possibilité d'appuyer le chef du CPL... Mais selon des informations obtenues par recoupement, l'échange entre Hariri et Bassil était détendu et franc, les points de vue étaient même souvent assez proches, mais le chef du courant du Futur n'a pas donné de réponse définitive. Les contacts entre les deux parties doivent donc se poursuivre, et les portes ne sont ni fermées ni ouvertes...


En clair, Saad Hariri n'a pas encore pris sa décision, ajoutant encore à la confusion qui règne chez les candidats annoncés et potentiels, et au sein de son propre camp. Il y a peu de chances que sa position se soit clarifiée mercredi et, de report en report, le 25 mai est bien vite arrivé. Les Libanais auraient ainsi raté une occasion d'élire un nouveau président sans l'intervention de leurs amis ou soutiens. Ils devraient alors attendre que l'actualité régionale se tasse un peu pour que les parties extérieures s'intéressent de nouveau à leur sort et en particulier à l'échéance présidentielle.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le Râëéhhh finira, en tout cas, par demander la prolongation du Sleïmééén-là !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

APRÈS LES DIRES DES IRANIENS.... QUE L'ISSIMO AILLE SE PRÉSENTER COMME CANDIDAT CHEZ LES AYATOLLAHS À TÉHÉRAN !

Sabbagha Antoine

Comment entrer dans le mystère de l’Esprit Saint,et comment comprendre le secret de l’Amour si nos politiciens sont loin du pardon et chaque candidat cherche à se venger au nom de sa tribu .

ACE-AN-NAS

Un petit detour vers Homs liberee avant de revenir au sujet de la presidentielle , pour dire que le regime legitime a reussi un accord avec ses mercenaires sans la presence de la coalition des opposants "syriens" et avec la presence des iraniens garantissant cet accord . Au Liban , il faudra comprendre une bonne fois pour toute qu'on peut y arriver entre nous , libanais , syriens , saoudiens , iraniens , irakiens et en excluant les occicons qui ne seront la que pour maintenir la domination des israeliens sur tout ce petit monde . Il faut les exclure parce que 70 ans de presence n'a donne que des resultats nefastes et nous tirant vers le bas , Nous devons comprendre qu'on a muri , que l'eveil des peuples est reel sans leur conseils ou lecons ( tres Mal ) orientes de ces occicons. Nous aurons notre president libanais , Chretien maronite celui que tous les libanais plebisciteront et qui sera celui qui oeuvrera pour le bien du Liban qui merite beaucoup plus que de se soumettre au cosmetique des diktats occicons , et pourra rivaliser avec les plus grands . Nous avons les elements dans tous les domaines , il faut juste les mettre bout about . C'est meme plus une question d'homme mais de principe .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE BRÉVIAIRE DE L'ISSIMO : CHANGEMENT DE BOUSSOLE ET DE VOCABULAIRE... ET IL SERAIT PROPULSÉ SUR LA CHAISE ! QUAND MÊME, ET JE LE RÉPÈTE, IL EST LE SEUL À POUVOIR APPORTER UNE " ACCALMIE " DE SIX ANS AU PAYS QUI EN A TANT BESOIN, SÉCURITAIREMENT, POLITIQUEMENT ET SURTOUT ÉCONOMIQUEMENT !

CBG

La seule chance pour AOUN d'être élu est un coup de force militaire du Hezbollah...ou qu 'il se rende à Meerab et qu il adopte le projet du peuple du 14 mars...
En dekhors de ça politiquement il est caduque, il n' a rien à proposer en dehors des symboles sans consitance actuelle...
Il sait lui même que son destin l'a toujours mené à contresens de l'histoire, et il est étonné encore qu il y ait encore des gens qui croient en lui, il en est abasourdi!!!
Pourvu que les somnanbules se reveillent UN JOUR QUI SAIT!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Selon".... cette "expertiiise", le chef des Forces libanaises Samir Geagea n'a aucune chance d'être élu. Par contre, le caporal Mâräoûn aurait encore toutes ses chances ! Yâ harâm, c'est à mouriiir de riiire !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

David Hale à Beyrouth pour affirmer le maintien de la présence US au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué