X

Culture

En 2014, la francophonie ne « badine pas avec l’humour »

Événement

C'est sous le signe du rire que sera célébré cette année le Mois de la francophonie. Un peu plus de trente jours pour fêter la langue française, dans un partenariat entre le ministère de la Culture, les ambassades des pays francophones, l'Institut français du Liban et l'Agence universitaire de la francophonie.

22/02/2014

« Ce rendez-vous désormais incontournable de la culture en est à sa quatrième édition », a rappelé le ministre de la Culture Rony Araiji hier au cours d'une conférence de presse pour marquer le lancement du Mois de la francophonie, en présence de plusieurs ambassadeurs et attachés culturels de pays francophones au Liban, de la représentante personnelle du président de la République auprès de l'Organisation internationale de la francophonie, Fadia Kiwan ; et de la directrice du bureau régional de l'AUF, Salwa Nacouzi.

Le ministre Araiji a également tenu à souligner qu'il prononçait à cette occasion, en langue française de surcroît, l'un de ses premiers discours officiels. « Une langue que j'ai découverte en même temps que je m'éveillais à la vie... une langue qui m'a ouvert sur une grande civilisation. Il a ensuite affirmé qu'une affection profonde et irrésistible unit le Liban et la langue française, au-delà de tout clivage politique, de tout intérêt économique, de toute idéologie religieuse. »

« Ce mois est l'occasion d'échanges et de rencontres entre des nations libres et indépendantes réunies par leur partage de la langue française. Ces cultures si différentes s'accordent, se parlent et se répondent dans un magnifique métissage et une formidable créativité à travers le cinéma ou le théâtre, la bande dessinée ou la littérature, le dessin ou la photographie, le chant ou la danse... le tout aboutissant sur ce qu'il y a de plus noble ou de plus précieux, sur l'art. »

Le ministre de la Culture a conclu son mot avec un grand merci adressé à l'Organisation internationale de la francophonie pour nous proposer de « rire » en ces temps douloureux... rire pour répondre par la dérision au sérieux morbide des bourreaux et par la légèreté au poids oppressant des peurs et des angoisses.

L'ambassadeur de France, Patrice Paoli, a pris la parole à son tour, et s'exprimant devant ses collègues de Belgique, de Bulgarie, du Canada, d'Égypte, de Grèce, de Roumanie, de Suisse et de Tunisie, il a indiqué qu'« un nouveau printemps francophone va s'ouvrir dans nos instituts du Liban sous le signe de la jeunesse, de la créativité et de l'inédit... » Sous le signe de la surprise, du comique et du burlesque. Son slogan, « On ne badine pas avec l'humour », est une invitation à participer à la francophonie dans la bonne humeur.

Le lancement de ce mois se fera le vendredi 28 février en deux temps. À 18h30, par le vernissage, à l'Espace des lettres, de deux expositions : celle de l'illustrateur français Benoît Guillaume, intitulée « Déplacements », et celle de photographies de la collection de Fouad Debbas, intitulée « Un siècle d'illustrations à l'épreuve du rire ». À 20h, par le spectacle du comédien belge Jos Houben. Ce spectacle, que l'IFL organise en collaboration avec l'AUF, sintitule « L'art du rire ». Il a remporté un remarquable succès au théâtre du Rond-Point à Paris il y a quelques mois. Jos Houben y mène son public à la baguette comme un chef d'orchestre capable de déclencher le rire au doigt et à l'œil. Le spectacle sera également présenté le samedi 1er mars.

Plusieurs événements s'enchaîneront tout au long du mois de mars avec du théâtre jeune public « L'épopée loopéé » de la compagnie française « Les trombines à coulisses », le samedi 15 mars à 11h à l'IFL ; un cabaret d'improvisation théâtrale avec la compagnie « Les z'indépendants », le samedi 22 mars à 20h au théâtre Montaigne ; un match interuniversitaire d'improvisation, mené par le comédien Nebil Daghsen et organisé par l'AUF le 21 mars au théâtre Gemmayzé ; un spectacle de Joe Kodeih Juju, en arabe et en français, en franbanais, donc. À noter, également, la pièce de Betty Taoutel Passeport n° 10452 le dimanche 9 mars à 20h30 au théâtre Monnot.

La francophonie sera également célébrée à travers des activités pluridisciplinaires très nombreuses et résolument tournées vers la jeunesse et un public familial : du théâtre, des expositions et des ateliers pour enfants, de découverte scientifique, de danse, de théâtre, d'écriture et d'improvisation théâtrale.
« Les premiers francophones, ce sont les écoliers ! » a lancé Paoli. C'est pourquoi plusieurs concours leur sont adressés dont le concours « Ambassadeurs en herbe », le 8 mars à la salle Montaigne de l'IFL, une fête de la liberté d'expression plurilingue, avec les élèves des établissements scolaires à programme français ; le concours « Dis-moi dix mots » qui rassemble les jeunes francophones dans le monde entier, et enfin le concours de la francophonie de la Finul et de l'IFL dans le Sud.

L'IFL est associé également à diverses initiatives telles que le festival du conte au théâtre Monnot du 11 au 16 mars ; la pièce Les noces de Zahwa, mise en scène par Lara Kanso au théâtre Monnot (du 13 au 16 mars) ; la Journée de la francophonie le 17 mars à l'Université libanaise et les Rencontres d'Averroès organisées par Shams au théâtre Tournesol, les 3,4 et 5 mars, avec le soutien de l'association Espaceculture Marseille.

La francophonie sera également à l'honneur dans tous les Instituts français en région, à Tripoli, Saïda, Tyr, Zahlé, Baalbeck, Deir el-Qamar, Jounieh avec des expositions, des spectacles, des ateliers artistiques, des conférences et des projections de films.

Parmi les événements phares du mois, signalons également une exposition conjointe de photographie intitulée « Des femmes » et présentée par l'ambassade du Canada et l'Académie libanaise des beaux-arts (ALBA). Marquant la Journée internationale de la femme le 8 mars, cette double exposition donne à voir des portraits de femmes canadiennes par Gina Valle et des femmes libanaises par Ghina Fleyfel. Elle sera également accompagnée d'une conférence sur le multiculturalisme.

Présentée par l'ambassade de Belgique, l'exposition « Le journal de Spirou, 1er magazine de BD européen » est également à ne pas rater, du samedi 8 mars au dimanche 16 mars, à la Galerie 169, Saifi Village.

L'ambassade d'Égypte , qui participe pour la première fois au Mois de la francophonie, présente un film de cinéma Brouhaha et Chahut de Nadine Khan le mardi 11 mars à 20h au Metropolis Empire Sofil, Achrafieh.
L'ambassade de Tunisie propose également un film de Nouri Bouzid, Millefeuille, le jeudi 13 mars à 19h, au théâtre Montaigne, IFL.

L'ambassade de Suisse organise pour sa part une exposition photographique, « La façade de l'oubli », de l'artiste suisse Étienne Krähenbühl à l'espace The Venue, dans les Souks de Beyrouth. Le jour du vernissage, le 13 mars, une conférence autour de la mémoire et le patrimoine réunira Nour Farra Haddad, Houda Kassatly, Marwan Zgheib, Étienne Krähenbühl et David Collin. Une table ronde aura lieu également le samedi 15 mars autour des « Écritures du temps » avec Iskandar Habache, Charif Majdalani, Étienne Krähenbühl et David Collin.

L'ambassade de Roumanie donne à voir pour sa part un documentaire Napoléon III et la jeune Roumanie de Cristian Amza, qui fera le tour des universités francophones.

L'ambassade de Bulgarie parraine une exposition de précieux manuscrits bulgares, « La lumière des lettres » au palais de l'Unesco à partir du mardi 18 mars. Ainsi qu'un film L'étranger de Niki Iliev au Metropiolis Empire, Achrafieh, le mercredi 19 mars.

L'ambassade de Grèce n'est pas en reste et propose une conférence sur les « Îles de la mythologie grecque » par le professeur Gérard Bejjani le mercredi 26 mars, à 18h30, au siège de la communauté hellénique de Beyrouth, Dekouané.

Signalons également l'événement « La Nuit des musées », ou des randonnées nocturnes au cœur des musées de Beyrouth, le vendredi 28 mars, à partir de 17h.

La totalité du programme est disponible en ligne sur le site de l'Institut français du Liban et à retirer dans tous les établissements partenaires.

« Rire », enfin, en français en arabe ou en zoulou, comme un ultime geste de résistance, comme l'a si bien dit le ministre Rony Araiji. Au fait, comment dit-on LOL en français ?

Pour mémoire

« Répliques » pour la promotion de la francophonie

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants