Dernières Infos

Ahmed Moaz al-Khatib, chef iconoclaste de l'opposition syrienne

AFP
05/02/2013
Le chef de l'opposition syrienne, Ahmed Moaz al-Khatib, qui a créé la surprise tant chez ses alliés que dans l'entourage de Bachar al-Assad en proposant de négocier avec le régime, est un homme prêt à prendre tous les risques pour défendre ses convictions.

Svelte et élégant, barbiche et cheveux gris, la voix calme mais décidée, M. Khatib a longtemps milité à l'intérieur même de la Syrie, contrairement aux principaux chefs de l'opposition qui vivent depuis des années à l'étranger.

Dans un pays où le conflit a coûté la vie à 60.000 personnes et où les rebelles traitent le chef de l'Etat d'"assassin", cet homme de religion sait se montrer iconoclaste. "Je dis à Bachar al-Assad: +regarde dans les yeux de tes enfants et essaie de trouver une solution+. Nous nous entraiderons alors dans l'intérêt du peuple", a-t-il déclaré fin janvier.

Contesté dans son propre camp pour ce choix, il rétorque fermement: "Je ne peux accepter que ceux qui parlent de négociations soient accusés de trahison".

Né en 1960 à Damas dans une famille de notables religieux, il a suivi un parcours atypique. Il étudie la géophysique, obtient un diplôme de sciences politiques et relations internationales, et poursuit des études islamiques.

Eclectique, il est à la fois membre de la Société syrienne de géologie et de la Société de psychologie.

Il travaille de 1985 à 1991 comme ingénieur en géophysique pour al-Fourat Petroleum Company, une joint-venture entre la compagnie nationale syrienne et des compagnies étrangères.

En 1990, il succède à son père, cheikh Badreddine al-Khatib, comme prêcheur de la prière de vendredi à la prestigieuse mosquée des Omeyyades à Damas, mais il est relevé de ses fonctions deux ans plus tard par le régime en raison de ses prêches politiquement audacieux.

Il étudie et enseigne la charia (loi musulmane) et le Dawa (prédication) ainsi que la rhétorique islamique à Damas. Il donne des conférences sur l'islam au Nigeria, en Bosnie, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et aux Pays-Bas.

Cet opposant de l'intérieur, père de quatre enfants, participe au soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad, lancé en mars 2011, notamment dans les régions rebelles près de Damas.

Il est arrêté et harcelé à plusieurs reprises par les autorités et quitte le pays en juin 2012, s'installant au Caire.

La presse, qui ne le connaît pas, est surprise quand cet islamiste modéré est choisi en novembre à Doha pour diriger la "Coalition nationale de l'opposition et des forces révolutionnaires", censée représenter toute l'opposition syrienne.

Mais les militants et combattants de la banlieue de Damas, qui connaissaient bien cet opposant charismatique, s'en félicitent.

"Nous avons confiance (en sa) personnalité. Il est à la fois islamiste et modéré. Il est respecté. Il est venu à plusieurs reprises à Douma pour participer aux prières en hommage à ceux qui sont tombés pour la révolution", assure à l'AFP Abou Nadim, militant de cette ville rebelle près de Damas.

Pour le chercheur Thomas Pierret, spécialiste de l'islam en Syrie, "c'est une personne extrêmement honnête, ouverte d'esprit, capable de dialoguer sereinement avec des représentants de toutes les tendances philosophiques, de l'islamiste radical au laïc convaincu".

"Il est politiquement indépendant et n'est pas affilié aux Frères musulmans" ajoute ce maître de conférence à l'Université d'Edimbourg (Ecosse).

Quand le 30 janvier il lâche sa bombe en proposant de négocier avec des membres du régime, il répond sans ambages à ses détracteurs, dénonçant ceux qui "s'asseoient sans rien faire et disent +Attaquez, ne négociez pas!+".

"Certains m'ont dit 'les hommes politiques ne parlent pas ainsi'...je leur réponds 'je ne suis qu'un révolutionnaire'", écrit-il sur Facebook.

En prenant ainsi position, il a réussi à entamer un dialogue avec la Russie et l'Iran, principaux alliés de Damas, et se sent manifestement assez fort pour poursuivre son initiative qui semble gêner le régime et embarrasser le Qatar et l'Arabie saoudite, principaux soutiens de la rébellion armée.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué