Rechercher
Rechercher

Liban - Mariage civil

Les propos du mufti provoquent un tollé sur la Toile

Le Web a été hier le théâtre d’une vague de protestations contre le mufti de la République, cheikh Mohammad Rachid Kabbani, qui avait affirmé lundi que « tout responsable musulman qui approuverait la légalisation du mariage civil serait considéré comme apostat et traître à la religion musulmane ».


À titre d’exemple, la journaliste Paula Yaacoubian s’est empressée de répondre à cette fatwa sur Twitter. « Trahir la religion est sanctionné par la peine de mort. Le mufti veut-il nous tuer tous ? » s’est-elle interrogée. Ses propos ont été salués par la présentatrice Rabiaa Zayyat.


C’est là un exemple parmi tant d’autres de la révolte occasionnée par les propos du mufti.


Nombre de Libanais se sont ainsi déchaînés sur la Toile. « Vivons-nous dans un État religieux ou dans un État civil ? De part et d’autre, nous sommes encerclés par la wilayat el-fakih, le mufti, Bkerké et le projet de loi du Rassemblement orthodoxe », lance Bassel sur Twitter.

De son côté, Walid aurait souhaité « entendre le mufti monter au créneau lorsqu’il avait reçu l’ambassadeur syrien (Ali Abdel Karim Ali) et que la machine à tuer fauchait les innocents à Homs ».


Quant à l’ancien général Pierre Haji Georgiou, il a affirmé, aux antipodes du mufti : « Nous autres, Libanais, laverons (les apostats) et les enterrerons avec tout l’amour et le respect que se doit de recevoir un être humain libre. »


Les réactions des internautes ont même dépassé le cadre strictement libanais. C’est ainsi que Chahinaz, une jeune Tunisienne, a jugé que « les propos du mufti faisaient du peuple tunisien entier des mécréants ». Quant à Philippe Guillaud, il a fait remarquer sur la page Facebook de l’Orient-Le Jour qu’« en France, on se bat pour le mariage gay... et au Liban, pour le mariage civil... ».

 

Lire aussi

Mariage civil : Sleiman insiste, Mikati botte en touche


Le Web a été hier le théâtre d’une vague de protestations contre le mufti de la République, cheikh Mohammad Rachid Kabbani, qui avait affirmé lundi que « tout responsable musulman qui approuverait la légalisation du mariage civil serait considéré comme apostat et traître à la religion musulmane ».
À titre d’exemple, la journaliste Paula Yaacoubian s’est empressée de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut