Dernières Infos

670 étudiants syriens risquent d'être exclus d'universités britanniques

OLJ/AFP
15/01/2013

Quelque 670 étudiants syriens risquent d'être exclus des universités britanniques où ils sont inscrits, faute de pouvoir payer leurs frais de scolarité du fait du conflit dans leur pays, affirment mardi les organisateurs d'une pétition sur internet en leur faveur.

"Il y a deux ans, le gouvernement britannique a aidé les étudiants libyens qui étaient dans l'incapacité de payer leurs frais d'inscription. Pourquoi ne peut-il pas le faire pour les Syriens", s'est interrogée Christine Gilmore de l'université de Leeds (nord de l'Angleterre) qui est à l'origine de cette campagne en faveur de ces étudiants en difficulté.

L'effondrement de la monnaie syrienne, la fermeture de l'ambassade à Londres, les sanctions imposées aux banques syriennes et l'arrêt du versement des bourses par le ministère syrien de l'Education, tous ces facteurs ont contribué à rendre le paiement des frais d'inscription universitaire particulièrement difficile pour les étudiants.

Certains ont déjà été exclus de leurs universités ou sont sur le point de l'être, ont affirmé les organisateurs de cette pétition mise en ligne sur le site internet awaz.org. Mardi soir, elle comptait 2.800 signatures.

Le ministère des Finances "a émis des autorisations aux banques syriennes concernées pour leur permettre de disposer des fonds gelés par l'UE et de les transférer sur les comptes personnels des étudiants", a déclaré une porte-parole du ministère des Entreprises qui gèrent les universités.

"Les étudiants doivent demander une autorisation directement au ministère des Finances", a-t-elle ajouté.

"Le régime en Syrie s'effondre et nous sommes coincés dans les limbes, nous avons désespérément besoin de l'aide du gouvernement britannique pour empêcher les universités de nous exclure de nos formations", a appelé de ses voeux Husam Helmi, étudiant en troisième cycle à l'université londonienne de Brunel.

Il a perdu sa tante et son oncle dans le conflit qui fait rage depuis 22 mois dans son pays et sa famille a dû quitter sa maison.

Selon la porte-parole du ministère des Entreprises, le ministère a appelé les universités à puiser dans leurs propres fonds pour aider ces étudiants et certains établissements ont temporairement suspendu leurs frais.

Ce ministère travaille avec plusieurs autres "pour trouver le moyen de permettre aux étudiants syriens de poursuivre leurs études en Grande-Bretagne", a-t-elle ajouté.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.