Présidentielle US 2012

Obama, séquence émotion

Etats-Unis Devant son staff, le président réélu ne peut retenir ses larmes.
olj.com
09/11/2012

Ses interlocuteurs décrivent un homme réservé, cérébral mais aussi très compétitif, qui n'aime perdre ni en politique, ni au basket.

Mercredi, et ce pour la deuxième fois en quelques jours, Barack Obama a laissé filtrer ses émotions.

 

Avant de quitter Chicago, où il avait attendu en famille l'annonce des résultats de la présidentielle et donc de sa réélection, le président est allé remercier le staff de son QG de campagne. 

 

Evoquant les années où il était lui-même "community organiser" à Chicago, le président a dit aux volontaires rassemblés devant lui: "Je vous regarde, et ce qui me vient à l'esprit n'est pas que vous me rappelez moi-même. Ce qui me vient à l'esprit, c'est que vous êtes tellement mieux que je ne l'étais, sur tant de points. Vous êtes plus intelligents, mieux organisés, plus efficaces". 

 

Il poursuit: "Ce que vous avez accompli sera inscrit dans les annales de l’Histoire". Puis, alors que les larmes coulent sur ses joues, il dit encore: "Vous devez savoir que votre parcours ne fait que commencer. Et toutes les bonnes choses que nous ferons durant les quatre prochaines années ne pourront être comparées à ce que vous accomplirez durant votre vie dans les années à venir".

 

Un moment auquel les journalistes n'étaient pas invités, mais qui, filmé, a été posté sur Youtube par le directeur de campagne démocrate Jim Messina. 

 

Lundi, la veille du scrutin, le président sortant avait déjà versé une larme. Concluant sa campagne dans l'Iowa (centre), il avait évoqué, très ému, face à 20.000 personnes rassemblées par un froid glacial dans le centre de la capitale Des Moines, les années 2007 et 2008, quand "personne ne pouvait prononcer mon nom" et que ses réunions électorales attiraient 20 personnes. 

 

Quelques larmes, en sus de la photo postée sur Twitter mardi soir, des "Four more years" de Barack enlaçant Michelle sur Twitter...

 

La séquence émotion de Barack Obama devrait toutefois rapidement prendre fin, alors que c'est, entre autres, un "mur budgétaire" que doit franchir le président.

 

À la une

Retour au dossier "Présidentielle US 2012"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.