X

La visite de Benoît XVI au Liban

Chrétiens d'Orient: il faut résister à "la victimisation" (cardinal Tauran)

AFP
13/09/2012
Le pape insistera sur la vocation des chrétiens à demeurer "une minorité qui compte" au Moyen-Orient, a affirmé jeudi à la veille du voyage au Liban de Benoît XVI, le cardinal Jean-Louis Tauran, responsable du dialogue inter-religieux, tout en mettant en garde contre leur "victimisation".

Le message que vient porter le pape au Liban, en remettant l'exhortation apostolique du synode de 2010 à toute la région, est le suivant: "malgré toutes les difficultés, vous êtes là depuis des siècles, vous êtes chez vous et c'est là que vous devez fleurir", a-t-il dit à Radio Vatican.

"Il faut réagir à une tendance à la victimisation. Nous sommes une minorité qui compte" au Moyen-Orient, a ajouté le cardinal français, ancien ministre des Affaires étrangères de Jean Paul II.

Un autre aspect du message du pape sera: "sauvons le pluralisme religieux pour sauver les chrétiens", a-t-il ajouté.

Selon le cardinal, en revanche, "il ne faut pas s'attendre à une proclamation politique" sur la crise syrienne lors de cette visite.

Dans une interview au quotidien français Le Figaro, le numéro deux du Saint-Siège, le cardinal Tarcisio Bertone, a rappelé que "dès le début de la crise, le pape a condamné de toutes ses forces les violences" et "affirmé avec la même vigueur les légitimes aspirations du peuple syrien".

"Le pape a plusieurs fois invité l'ensemble des responsables à s'abstenir de toute violence et à s'engager dans la voie du dialogue", a-t-il rappelé, alors qu'il était interrogé sur la prudence du Saint-Siège, jugée excessive par certains protagonistes sur place.

En Syrie, "les chrétiens sont un pont entre les communautés. Ils cherchent à construire la paix et l'unité entre tous les citoyens au-delà de leur appartenance ethnique et religieuse", a ajouté le principal collaborateur du pape.

Benoît XVI "a pris, selon lui, la décision de visiter le Liban depuis très longtemps. Il s'y rend comme un messager de paix. Il faut bien l'intégrer pour ne pas se tromper sur ce voyage. Les tensions croissantes dans cette zone, loin de le décourager, ont rendu donc encore plus urgent son désir de visiter le Liban".

À la une

Retour au dossier "La visite de Benoît XVI au Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ou contre les manifestations, la position mitigée du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants