Législatives : juin 2009 - Tout le monde en parle

Contre tous

Orangés, je vous dis : assez ! Assez de nous faire croire que vous êtes les seuls à avoir souffert, à avoir combattu l'occupation, à avoir œuvré pour la libération du pays (qui est loin d'être acquise).
Nadim Jamous | OLJ
05/06/2009
Nombreux sont ceux qui, par leur travail en silence et leur persévérance, ont permis à notre Liban de survivre malgré toutes vos « guerres » inutiles...
À vos alliés et autres actuels opposants, je dis : assez ! Assez à la tutelle, qu'elle vienne du Nord ou du Sud, de l'Est ou de l'Ouest. Jetez vos armes ! Finis les guerres, les conflits et les petites batailles.
Branche armée du Hezbollah, nous vous remercions pour tout ce que vous avez fait pour la libération de la totalité de notre pays ou presque, mais il est temps de rejoindre l'armée libanaise et l'aider dans sa mission de protéger nos frontières et empêcher toute atteinte israélienne à notre territoire.
Aux politiciens du 14 Mars, je dis : assez ! Assez de mensonges, assez de corruption, assez de dette publique et assez de fausses promesses ! La bonne foi des citoyens les a menés à croire en vous. Ils étaient, nous étions tous présents à la place des Martyrs ce 14 mars 2005, croyant que le nouveau Liban est prêt à renaître. Mais hélas, que de fausses joies...
Aux soi-disant centristes, je dis : assez ! Les gens ne sont pas dupes, ce n'est pas en le déclarant que vous le serez. Vous avez tous participé, d'une manière ou d'une autre, à mener le Liban à l'état dans lequel il se trouve aujourd'hui.
On peu pardonner, mais on n'oublie pas facilement.
Pour toutes ces raisons, le 7 juin, je serai présent, de blanc je serai vêtu, et blanc je voterai !
Je fais partie de ce pays, j'ai besoin d'un changement, mais je ne peux voter pour aucun de tous ceux qui prétendent être la solution. Ceux-là mêmes qui, trente ans durant, n'ont fait que détruire notre pays à petit feu.  
Nombreux diront que mon vote blanc ne servira à rien. Probablement. Mais ne pas voter serait une entorse à mon devoir de citoyen, un signe de désintérêt, de m'en-fichisme.
Nous entendons souvent des voix s'élever pour nous rappeler qu'il faut voter pour l'un ou l'autre, qu'être neutre est une trahison. À ces voix-là, je dis: non, nous ne sommes pas neutres, nous sommes contre tous !

À la une

Retour au dossier "Législatives : juin 2009 - Tout le monde en parle"

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué