Rechercher
Rechercher

Actualités - CHRONOLOGIE

Les hormones et l'état psychologique

Des perturbations psychologiques peuvent s’accompagner de désordres hormonaux: troubles de l’ovulation et des règles, anomalies du comportement alimentaire allant de la boulimie à l’anorexie mentale. En revanche, le rôle du stress dans le déclenchement de certaines maladies hormonales reste un mystère. On l’évoque dans la maladie de Basedow, cette hyperthyroïdie qui atteint surtout les femmes jeunes sans pouvoir toutefois affirmer avec certitude la relation directe entre cause et effet. À signaler les énormes progrès accomplis par les traitements hormonaux. On dispose à l’heure actuelle d’hormones très fiables, obtenues par recombinaison génétique dont l’utilisation ne présente aucun risque. Elles permettent la prescription de traitements très précis, adaptés à chaque cas. La nuit complice La production hormonale s’adapte aux besoins de l’organisme de façon à maintenir un équilibre. Ce qui ne veut pas dire que la même quantité d’hormones est toujours en circulation dans le sang. La sécrétion de cortisol, par les glandes surrénales, est nulle entre minuit et quatre heures du matin chez un sujet qui dort de minuit à 8 heures. À partir de quatre heures, elle croît pour atteindre sa valeur maximale vers 8 heures, juste avant le réveil. Pendant la journée, d’autres pics moins élevés sont observés. L’hormone de croissance est aussi sécrétée principalement la nuit chez les enfants comme chez les adultes.

Des perturbations psychologiques peuvent s’accompagner de désordres hormonaux: troubles de l’ovulation et des règles, anomalies du comportement alimentaire allant de la boulimie à l’anorexie mentale. En revanche, le rôle du stress dans le déclenchement de certaines maladies hormonales reste un mystère. On l’évoque dans la maladie de Basedow, cette hyperthyroïdie qui atteint...