Rechercher
Rechercher

Lifestyle

« Japan Expo » revient près de Paris avec « Godzilla » comme emblème

« Japan Expo » revient près de Paris avec « Godzilla » comme emblème

L’affiche de l’événement.

Avec Godzilla comme emblème, Japan Expo revient comme chaque année, de jeudi à dimanche, pour attirer en périphérie de la capitale française plus de 250 000 fans de culture pop asiatique. Le festival, qui prend de nouveau ses quartiers au Parc des expositions Paris-Nord Villepinte, se revendique comme « le plus grand d’Europe pour la pop culture ». C’est aussi le « troisième plus grand Salon français », si l’on mesure en nombre de visiteurs quotidiens. Il tient sa 23e édition à deux semaines du début des JO 2024 de Paris. En espérant battre son record de fréquentation de 2023, porté à plus de 255 000 visiteurs. Lors d’une conférence de presse début juin, les organisateurs ont souligné que ces visiteurs ne devraient pas souffrir des restrictions et difficultés de circulation qu’entraîneront les Jeux. Et de dérouler des chiffres qui disent le gigantisme de la manifestation : plus de 140 000 mètres carrés d’espace d’exposition (10 fois le Stade de France), 503 heures de programmation sur scène ou en salle obscure, 847 exposants, etc. Après avoir dû annuler ses éditions 2020 et 2021 pour cause de pandémie de Covid-19, Japan Expo est revenu plus fort. Le pittoresque des déguisements de « cosplay » continue d’assurer le succès d’une manifestation coûteuse mais unique pour approcher les acteurs de la culture du pays du Soleil-Levant. D’après l’organisation, les visiteurs ont dépensé en moyenne 181,50 euros l’an dernier. Le ticket d’entrée varie de 22,50 pour un jour à 90 euros pour les quatre jours.

L’exposition « Godzilla »

La star de cette édition est Godzilla, avec une exposition à la mesure de ce monstre qui fête ses 70 ans. Elle offre « une collection impressionnante d’affiches, figurines et autres goodies ». Pour cette « icône internationale dont la popularité ne s’est jamais démentie »,

Japan Expo a prévu un « hommage à cette saga avec des invités d’exception » : Shinji Higuchi, l’un des deux réalisateurs du film de 2016 Godzilla Resurgence, et le dessinateur Yuji Kaida, spécialiste du monstre. Japan Expo met à l’honneur plus généralement deux genres emblématiques du cinéma nippon : le Kaijû eiga (cinéma de bête mystérieuse) et la J-Horror (films d’horreur). Une des stars de Ring et Ring 2, l’actrice Rie Inô, est annoncée. Côté jeux vidéo, les visiteurs peuvent rencontrer Daisuke Ishiwatari, le créateur de la série de jeux de combat Guilty Gear, et Naoki Yoshida, producteur de Final Fantasy XIV. Pour les amateurs de J-Pop (pop japonaise), c’est le claviériste, compositeur et producteur Tetsuya Komuro qui vient à la rencontre du public français. Son groupe, Globe, a connu un engouement sans précédent dans les années 90. Japan Expo offre 81 concerts, pouvant accueillir jusqu’à 18 000 spectateurs. Le festival « est devenu un véritable tremplin artistique au Japon : des concours de musique sont organisés à Tokyo et les groupes gagnants viennent se produire en France ». Cela va du heavy metal d’Asterism à un groupe de six filles baptisé iiiidolll, en passant par la pop de Kannagi Rabbits. La culture traditionnelle n’est pas oubliée, avec la gastronomie, les sports, les arts martiaux, la mode. Le festival décerne aussi des prix, 12 dans les mangas, 9 dans les animes, à partir des votes du public.

Hugues HONORÉ et Elsa THÉOBALD/AFP

Avec Godzilla comme emblème, Japan Expo revient comme chaque année, de jeudi à dimanche, pour attirer en périphérie de la capitale française plus de 250 000 fans de culture pop asiatique. Le festival, qui prend de nouveau ses quartiers au Parc des expositions Paris-Nord Villepinte, se revendique comme « le plus grand d’Europe pour la pop culture ». C’est aussi le « troisième plus...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut