Rechercher
Rechercher

Agenda - Signature d’ouvrage

« La neutralité officielle du Liban dans le cadre de la Ligue des États arabes »

« La neutralité officielle du Liban dans le cadre de la Ligue des États arabes »

Michel Pharaon prononçant son allocution à la cérémonie de signature du livre. Photo DR

L’ancien ministre et député Michel Pharaon, l’ambassadeur d’Autriche au Liban René Paul Amry et le professeur Antoine Messarra ont signé le livre La neutralité officielle du Liban dans le cadre de la Ligue des États arabes : expériences comparées du Liban et de l’Autriche. La signature a eu lieu au cours d’une cérémonie organisée par l’Association Adaa en coopération avec la Fondation libanaise pour la paix et l’ambassade d’Autriche, à la villa Audi, à Achrafieh.

L’événement s’est déroulé en présence d’une foule de personnalités politiques, militaires, religieuses et économiques, dont l’ancien président Michel Sleiman, le patriarche d’Antioche et de tout l’Orient des grecs-melkites catholiques, Mgr Youssef Absi, le président du Centre catholique d’information, le père Abdo Abou Kassem, représentant le patriarche maronite Béchara Raï, le directeur des affaires administratives de Dar al-Fatwa, le cheikh Salaheddine Fakhri, représentant le mufti de la République, le Dr Mounir Hamza, représentant le cheikh Akl druze, le ministre sortant de la Jeunesse et des Sports Georges Kallas, le général de brigade Ahmad Saadé, représentant le commandant en chef de l’armée, le juge Chucri Sader, ancien président du Conseil d’État, et un grand nombre de députés, d’anciens députés et ministres.

Après les hymnes nationaux libanais et autrichien, Michel Pharaon s’est adressé aux présents en ces termes : « Ce livre et les documents qu’il contient visent à nous faire prendre conscience, au moment de l’effondrement, combien notre écart chronique des constantes, du pacte et des accords sur lesquels le Liban a été fondé nous a coûté beaucoup plus cher que la neutralité. Chaque fois que nous nous en éloignons, nous tombons dans les crises et les conflits, et chaque fois que nous nous en rapprochons, nous ouvrons les portes de la construction de l’avenir. » L’ancien ministre a ensuite annoncé la tenue prochaine d’une table ronde nationale à Beyrouth. Elle aura pour objectif de confirmer les constantes qui tracent la voie vers la solution et dépassent le cadre interne, les alignements politiques régionaux ou internationaux affectant la stabilité du Liban. L’ambassadeur Amry a rappelé pour sa part qu’une expérience qui restera gravée dans sa mémoire sera sans aucun doute le colloque sur la neutralité du Liban organisé il y a un an. Un événement qui avait permis à l’Autriche d’expliquer son expérience de neutralité active. Concernant le rôle que jouera le Liban dans la géopolitique future du Moyen-Orient, l’ambassadeur a estimé qu’« un Liban militairement neutre et prospère pourra être un point d’ancrage de stabilité et de paix régionales ».

Quant au Pr Antoine Messarra, il a souligné que « la neutralité du Liban est officiellement consacrée et établie dans le cadre de la Ligue des États arabes, et dans toutes les références historiques officielles depuis au moins la Moutassarifiya ».

« Le président égyptien Gamal Abdel Nasser, leader du nationalisme arabe, a appelé à la neutralité du Liban en 1958, mais nous, les Libanais, nous ne pratiquons pas la neutralité, ni au niveau de la loi, ni au niveau des institutions, ni au niveau constitutionnel. La neutralité est une question de culture, d’éducation, de mémoire et d’immunité », a-t-il conclu.

L’ancien ministre et député Michel Pharaon, l’ambassadeur d’Autriche au Liban René Paul Amry et le professeur Antoine Messarra ont signé le livre La neutralité officielle du Liban dans le cadre de la Ligue des États arabes : expériences comparées du Liban et de l’Autriche. La signature a eu lieu au cours d’une cérémonie organisée par l’Association Adaa en coopération...